Tag Archives: rira bien qui rira le dernier

Tu voulais jouer au con ? Dommage, t’as perdu !

28 Mar

Comme tu le sais peut-être, depuis quelques semaines j’ai un nouveau remplacement. Comme l’année dernière, je retrouve des segpa, ces collégiens en (très) grande difficulté.

 

La différence cette année, c’est que je suis dans ce qui s’appelle un « quartier chaud », donc mon public est, disons… rebelle. C’est le terme poli pour dire casse-couilles.

Depuis que j’y suis, avec les 3èmes c’est confrontation permanente, provocation, négation, refus de travailler, dénigrement, ce à quoi tu peux ajouter une certaine violence verbale, histoire de compléter ce tableau idyllique.

 

En règle générale, quand on fait un cours ou que je leur demande de faire un exercice, ils se couchent sur la table en me disant qu’ils s’en foutent et que de toute façon c’est complètement pourri, que ça sert à rien et qu’ils m’aiment pas. On va pas se mentir, leur but est de me faire craquer.

Ouais je te confirme, depuis quelques semaines, je ne suis que joie et bonheur. Et un peu patience aussi, même si j’en ai de moins en moins.

 

Aujourd’hui, c’était un peu différent.

Je savais que j’allais avoir un effectif très réduit (sachant qu’à la base le groupe complet est de 6 élèves) (ouais, même à 6 on peut devenir complètement barjot) car deux d’entre eux étaient de sortie. Mais bon, c’est pas grave, j’avais prévu un cours un peu ludique, avec extraits vidéos et tout.

Et bien ça n’a pas loupé, à 8h, je n’en avais que deux. Qui dès qu’ils sont entrés en classe, m’ont annoncé qu’ils comptaient pas travailler, que ce cours servait à rien et se sont assis dos à moi pour bien appuyer leur déclaration.

Me découvrant une zénitude que je ne soupçonnais pas, j’ai décidé de m’en foutre. J’allais pas les retourner de force face au tableau, ou les faire écrire (je parle même pas de les faire réfléchir). Ils ne voulaient pas faire ce que j’avais prévu ? Ils préféraient ne rien faire ? Ok, mais selon mes termes.

Eux pensaient qu’ils allaient pouvoir écouter de la musique, jouer sur leur téléphone ou profiter des ordinateurs pour surfer sur internet, voire que j’allais leur passer un film…  non mais la grosse blague !! Dommage pour eux, moi je les ai fait rester à leur place, téléphone et ordinateur interdits.

 

Sachant que le jeudi est la journée où je les ai 6 heures d’affilé, je peux te dire qu’ils ont trouvé le temps long. Très long même !

Moi j’avais des occupations. J’ai peaufiné mes cours de demain, j’ai programmé ceux de la semaine prochaine, j’ai fait mon courrier, vraiment je ne me suis pas ennuyée. Et surtout, je me suis bien marrée à les voir si cons…

 

Certains peuvent trouver ça mesquins et tout, sincèrement je m’en fous. Je reconnais que ça vole pas très haut, mais ils ont voulu me chercher, ils m’ont trouvée.

On est mal barré moi j’te l’dis !

12 Déc

Il y a quelques semaines, j’ai fait ma première surveillance de galop d’essai à sciences po.

Ben ouais, comme environ très beaucoup de la population, galère de taf, donc galère d’argent, donc tapinage sur les boulevards petits boulots à côté toussa toussa…

 

Donc là, je me lève à 7h (un samedi matin bordel !) (même en semaine je me lève pas aussi tôt) (sauf le mardi parce que j’ai cours à 8h) (mais je sens que tu t’en fous), je prends une douche, je saute dans mes fringues et je prends ma voiture jusqu’au boulot. Bon je t’avoue que je suis un peu en pilotage automatique parce que dans le dedans de moi, je dors encore un peu… quoi que dans le dehors de moi aussi, vu la trace d’oreiller toujours présente sur ma joue et le peu d’ouverture de mes paupières.

 

J’arrive donc à sciences po, je rencontre mes collègues, on se présente. Je sais d’avance que je ne retiendrais aucun prénom, mais je fais semblant.

Là c’est du tranquille, devoir à surveiller de 8h30 à12h30, et ce sont des 4ème année. je me dis qu’ils connaissent la musique, ça va être finger in the nose. J’imagine que mon job va consister à feuilleter un magazine le cul bien calé sur mon fauteuil en prenant mon petit dej, et de temps en temps me balader dans l’amphi, en vérifiant vaguement qu’ils copient pas les uns sur les autres. Ah oui et parfois je ferais les gros yeux pour qu’ils se taisent. Mais je suis bien contente d’être du bon côté, c’est-à-dire celui qui me permet de laisser mon cerveau au repos.

 

8h15, les premiers étudiants arrivent et commencent à s’installer dans l’amphi. La surveillante en chef leur demande de bien s’assoir les uns derrières les autres, et en laissant une place vide à coté d’eux. Et bien faut croire que c’est trop compliqué pour eux. Alors on passe notre temps à les reprendre « non, toi avec le pull vert, tu te décales d’une place » « mais pourquoi ? », parce que t’es pas aligné avec celui de devant connard ! L’opération recommence avec le grand blond avec une chaussure noire, la fille à la chemise à carreaux, le mec à la chemise bleue. Ouais ouais, ils sont cons.

 

8h35, un groupe d’une vingtaine d’élèves arrivent (sachant que le devoir commence à 8h30). On leur explique vite fait comment ils doivent s’installer, mais ils en ont rien à foutre. Non, ils préfèrent d’abord dire bonjour et faire la bise à leurs potes. Sachant que c’est un amphi de 250 personnes, on n’a pas commencé encore. Enfin, eux surtout. Mais bon, ils préfèrent faire les malins, genre fuck les horaires, on fait ce qu’on veut. Des gros rebelles de la life en somme. À science po. Laisse moi rire. Ce qui m’a bien fait marrer aussi, c’est quand la surveillante en chef leur a annoncé que pour elle, ça ne changerait rien, ils pouvaient prendre tout le temps qu’ils voulaient pour dire bonjour, elle ramasserait quand même les copies à 12h30. C’est drôle comme ils se sont vite assis… bon ben tu feras la rébellion un autre jour.

 

Les sujets sont distribués, le devoir commence, j’en profite alors pour les observer.

Et là, je me rends compte que beaucoup n’ont pas amené de copies doubles, où sont en panne de blanco ou d’effaceur, de stylo bleu ou noir, de crayon à papier… mais merde les gens !!! Vous êtes en 4ème année, vous savez comme se passe un devoir ! Je ne comprends pas que vos affaires ne soient pas prêtes ! Là se sont vraiment des touristes. Quand tu t’es inscrit, tu savais très bien comment ça aller se passer. Et puis depuis 4 ans que tu fais des devoir le samedi matin, me dis pas que tu découvres ! Mais si ça te plait pas, casse toi, change d’orientation, enfin fais quelque chose quoi, merde !!!

Pour moi, sciences po, c’était des gens matures, qui savent réfléchir, parce que c’est quand même pas donné à tout le monde d’y rentrer. Un peu l’élite en somme. Je m’attendais à voir de la chemise blanche, du mocassin, du cheveu au vent, du BHL quoi ! À la place, du jeune qui pue, du cheveux gras, du sweat baby milo, du t shirt batman ! Putain ça fait pas envie….

 

Et là, pendant que je vomissais de dégoût les surveillais, ça m’a sauté au yeux. En fait, ils ont le même comportement puéril et insupportable que mes élèves. Tu sais, ceux qui sont en 4ème. Segpa. Les mêmes. Crâneurs, hautains, qui se croient tout permis. Qui pensent qu’ils connaissent tout de la vie. Qui pensent qu’ils vont t’apprendre la vie.

Personnellement, je pense que ça aurait plus de poids s’ils étaient capable de préparer une trousse. Et de prendre une douche aussi…

 

Et dire que c’est l’élite. Que ce sont eux plus tard qui bosseront dans de grands cabinets d’audit ou de communication, de banques, dans des administrations…qui prendront de grandes décisions.

On est mal barré, moi j’te l’dis !