Tag Archives: mail

Le Premier de la classe – suite et fin

16 Nov

(le début de l’histoire, c’est là)

 

Le lundi, je reviens donc au boulot et bien sûr je raconte aux copines. Tu te doutes que je les ai tenues au courant pendant le weekend, mais rien ne vaut un résumé en vrai.

Et là, je ne sais absolument pas ce qu’il me prend, mais je décide de renvoyer un mail au Premier de la classe. Ouais, je lui envoie un mail pour qu’on se revoie. Alors que je sais très bien qu’on n’a rien en commun. Alors que c’est exactement ce que je viens d’expliquer aux copines. Faut croire que je n’ai pas bien imprimé…

Bien évidemment, le mail à peine envoyé que je regrette déjà mon geste. Et encore plus quand je reçois la réponse. Un mail hyper froid où il me dit que je me suis bien amusée mais qu’on va s’arrêter là. Tu vois la Sibérie ? Bam, je me la prends en pleine face.

oui c’est bon, j’ai compris. pas besoin d’en faire des 4×3

 

Alors moi, qu’est-ce que je fais ? ben en meuf qui sait pertinemment qu’il a raison, je suis vexée alors je boude. Et je lui fais savoir. En gros, je lui réponds que ho ça va, il a pas à me prendre de haut non plus. du grand n’importe quoi !! Tu vois la petite conne qui fait un caprice et à qui t’as envie de mettre des claques ? La même. J’avais juste à fermer ma gueule, aucun des deux ne recontactait l’autre, et c’était plié. Tout redevenait comme avant (ou presque). Mais non, ça devait être trop compliqué pour moi.

Bon, comme il est poli, il m’a répondu en disant qu’il voulait pas me blesser tout ça, mais je sentais bien que ça commençait à le gonfler. Heureusement, mon stage m’amenait à faire des déplacements, ce qui fait que cette histoire s’est tassée d’elle-même. Et puis quand j’étais au bureau, j’ai arrêté d’aller trainer à son étage. C’est mon côté adulte et mature tu vois.

ça c’est moi quand je suis adulte et mature. ça se voit non ?

 

Jusqu’à la dernière semaine de mon stage, où il est venu à notre pot de départ à la copine stagiaire et moi. Il a juste fait une apparition, mais comme en général il zappait allègrement ce genre de truc, j’ai apprécié le geste. Bon ok, techniquement il ne venait pas pour moi puisqu’on n’a jamais bossé ensemble, mais je l’ai pris pour moi. Là en revanche, c’est mon côté égocentrique qui ressort. On en a même profité pour s’échanger quelques mots discrètement, et on a fini par prévoir de se revoir pour boire un dernier verre le lendemain.

Et là, c’est un peu la blague, parce que le lendemain c’était le pot de départ d’un autre pote stagiaire. Ce qui fait que j’arrive à mon rencart assez en retard et un peu touchée. Ou l’inverse.

On discute, comme si de rien n’était. On parle de tout et de rien. Moi j’ai un peu tendance à rire pour rien, mais je ne crois pas qu’il soit devenu hyper marrant d’un coup, je pense plutôt que c’était l’alcool. En fait, il n’y a vraiment plus aucun flirt, c’est plus une relation d’amis. Et là, des années après, je viens de réaliser que si ça se trouve, j’étais pas en état de voir quoi que ce soit. Et j’ai comme envie de me jeter du balcon. Parce qu’en vrai, je crois qu’il m’aimait bien et qu’il était un peu embêté que je parte (non non, je suis pas du tout le genre de fille qui se fait ses films voyons !).

Pendant l’été qui a suivi, on s’est envoyé plusieurs textos pour prendre des nouvelles et savoir si les vacances se passaient bien. En septembre quand je suis rentrée sur Paris, il m’a même invitée et on a déjeuné ensemble. On a continué à s’envoyer en l’air (t’y a cru hein coquine !) quelques messages, noël, la bonne année, tout ça, et puis on s’est perdu de vue.

call me maybe ! (lol)

 

Et là, je te vois gueuler derrière ton écran que tout ça pour ça et que quand même je fais chier. Que j’irais en enfer pour t’avoir fait patienter trois jours pour une histoire aussi pourrie. Que y a même pas du sexe là dedans. Même pas un bisou ! La loose !

 

Alors je vais te répondre que 1/ déjà tu te calmes, que 2/ je fais ce que je veux sur mon blog et 3/ c’est vrai que j’ai hésité à te raconter cette histoire, mais pour moi c’était important. Non pas de te la raconter, mais de l’écrire. Parce que je l’avais oubliée, et comme ça je suis sûre que ça n’arrivera plus. Et je remercie ce weekend parisien de me l’avoir rappelée.

Avec le recul, je me dis que j’étais complètement tarée de draguer un responsable. Si je devais transposer à ma situation actuelle, c’est un peu comme si j’envoyais un mail au recteur. Totalement impensable !!! Et pourtant je l’ai fait. Et je ne regrette absolument pas.

En fait, quand j’y repense, même si c’est du grand n’importe quoi, j’aime bien ce côté  inconsciente. C’est clair qu’à l’époque je n’avais aucune idée des conséquences potentielles. Quoi que ce n’est pas l’exacte vérité. Disons plutôt que je n’y ai pas pensé une seule seconde. Et c’était trop bien.

Pour être honnête, je ne sais pas si je serais capable de le refaire. Maintenant, j’ai tendance à me prendre la tête pour un oui ou pour un non, à analyser tout ce qui pourrait arriver histoire d’être préparée à toute éventualité. C’est dommage je trouve. Je sais que je ne reviendrais pas à cette époque, que je ne reviendrais pas celle que j’étais, mais je crois que ça serait bien que j’essaie de m’en rapprocher un peu. Réapprendre à lâcher prise, à ne pas tout calculer à cause de quelques mauvaises expériences. Pourquoi ne retenir que celles-là ? Pourquoi ne pas apprendre des jolies histoires aussi ?

 

 

Ps : en écrivant ces articles et en repensant à lui, je me suis demandée ce qu’il était devenu. J’ai donc demandé à mon pote google (oui, le Premier de la classe n’a pas fb) (pourquoi ça ne m’étonne pas ?). Et bien je suis heureuse de te dire qu’il est toujours dans la même boite (en revanche ça, ça ne m’étonne pas). Et même qu’il a eu une promotion (ça ne m’étonne pas non plus). ah oui, j’oubliais. Il habite New York maintenant.

dire que je pourrais être fringuée comme ça maintenant…

dire qu’on aurait pu faire des photos ultra cucul à notre mariage…

dire qu’il pourrait me ramener des fleurs et même qu’on ferait des bisous…

dire qu’il pourrait me ramener des fleurs et que sa chemise me donnerait mal à la tête…

dire que je pourrais faire n’importe quoi parce qu’il m’aurait quittée…

dire qu’il pourrait faire n’importe quoi parce que je l’aurais quitté…

La boite de Pandore

12 Sep

Je voulais appeler cet article « aujourd’hui je m’ennuyais. Alors j’ai décidé de briser un couple ».

Là j’imaginais déjà ta tête devant l’ordi, à faire des bonds et à croire que j’avais violé Choupiprof en salle A204 et que ça lui avait plu et qu’il voulait m’épouser. Mais non. Point de Choupiprof aujourd’hui.

 

Ce matin j’ai reçu un mail d’une fille que je ne connaissais pas. Elle me disait être en couple depuis plusieurs années, mariée depuis cet été. Qu’ils parlent d’avoir des bébés. Sauf qu’elle vient d’apprendre qu’il a des relations depuis plusieurs mois. Et comme elle a trouvé mon adresse dans les contacts de son mari, elle me demandait ce qu’il y avait entre lui et moi.

 

Le mec en question, on est sorti ensemble pendant un mois environ, à l’époque de mes études. Ça c’est fini parce qu’un jour, j’ai reçu un mail d’une fille qui voulait savoir ce qu’il y avait entre lui et moi. Et oui, la semaine il était avec moi et le weekend, quand il repartait chez papa maman, il en profitait pour la voir aussi. C’est quand ça s’est fini que j’ai découvert que personne n’était surpris parce que c’était pas la première fois qu’il faisait ça. Disons le, il était connu pour être un queutard.

 

Pour en revenir au mail de ce matin, je vais être honnête, au début je me suis un peu moqué de la fille. En me disant qu’elle devait être un peu conne si elle s’en était pas rendu compte plus tôt.

Mais quand même, j’ai pas arrêté d’y penser. Et les moqueries ont fait place à de l’empathie. Parce que la fille, il a quand même fallu qu’elle mette son amour propre de côté pour envoyer un mail à toutes les filles inconnues du répertoire de son mari. Parce que oui, j’imagine que je ne suis pas la seule à avoir reçu un mail. La fille, elle a prit son courage à deux mains, quitte à passer pour une folle et/ou une parano, et elle a envoyé son mail. La fille, elle a des doutes, mais au lieu de se voiler la face et de vivre dans le mensonge et le déni, elle a décidé d’ouvrir la boite de Pandore.

Alors après tergiversations, je lui ai répondu. Je lui ai dit ce qu’il s’était passé à l’époque, et ce qu’il en était maintenant.

Elle m’a répondu assez vite, me demandant quelques précisions que je lui ai données. Mais bon, je t’avoue que depuis, j’en mène pas large. Je me sens mal, parce que faut être honnête, ça n’augure rien de bon. Et y a une partie de moi qui dit que si ça finit mal ça sera ma faute et que j’irais tout droit en enfer sans passer par la case départ et toucher les 20 000 euros.

À un moment, je me suis dit que je me mêlais de ce qui ne me regardait pas, que c’était leurs histoires et que je n’avais rien à y faire. Et c’est un peu vrai. Et puis j’ai réfléchi, et j’ai pas foutu la merde juste pour le plaisir. Je suis pas la nana qui gueule à l’église qu’elle est contre ce mariage. C’est pas une revanche contre lui, ça fait bien longtemps que j’ai tourné la page et que j’y pense plus. Dans ce cas, c’est la mariée qui est venue vers moi, pour savoir, pour connaitre la vérité.

Je lui ai bien précisé que c’était ma vérité, celle qui s’était déroulée il y a plusieurs années déjà. Et qu’en autant de temps, bien des gens évoluent.

 

Est-ce que j’ai bien fait ou pas ? Je n’en sais rien.

Je sais juste que si j’étais à sa place, j’aimerais savoir. Même que j’aurais aimé savoir avant le mariage, et pas juste quelques mois après.

 

Le pire dans tout ça, c’est qu’elle m’a renvoyé un mail, pour me remercier de lui avoir répondu. Qu’elle espère que j’ai trouvé chaussure à mon pied. Et elle finit en me disant de prendre soin de moi.

Ça m’a achevé.