Tag Archives: Maçons du coeur

Je suis une véritable guimauve

8 Mar

moi je serais la rouge, parce qu'elle a des paillettes ^^

C’est ce que je me suis dit pendant les vacances lorsque glandant un peu devant la télé, je suis tombée sur les maçons du cœur. Et j’adooore les maçons du cœur !!

Ty Pennington et son équipe de designers

Si tu ne connais pas les maçons du cœur, d’abord honte à toi ! Ensuite je t’explique le principe : c’est une équipe d’architectes et de décorateurs qui sillonnent les États-Unis pour construire en une semaine une nouvelle maison à une famille méritante dans le besoin. Mais quand je dis besoin, c’est vraiment le fond du fond. En plus de ne pas avoir d’argent, bien souvent certains membres de la famille ont également un lourd handicap (maladie dégénérative, cancer, maladie orpheline, paralysie, surdité…), ce qui fait que les familles ne s’en sortent plus. Bien souvent, ils vivent dans des mobiles home, ou alors dans des maisons toutes petites, et inadaptées ou totalement insalubres.

Et donc à chaque fois, l’équipe de designers arrive, discute avec la famille qui explique leurs difficultés quotidiennes. Puis ils les envoient une semaine en vacances (en général à Disneyland) ce qui leur permet de faire les travaux de la maison. 7 jours après, la famille revient et découvre un palace, et tout le monde pleure. Moi y la première.

 

Constatant que je me transformais en chute du Niagara à chaque épisode, j’ai un peu réfléchi, et je me suis dit que, effectivement, je pleurais pas mal devant la télé. Pas que je sois déprimée ou autre, mais je suis sensible à l’histoire. Tu me mets devant n’importe quel film ou série un peu triste, et tu peux être sûre que les larmes vont poindre. Je ne te raconte même pas si jamais le héros meurt. Alors là, je pleure comme un bébé.

 

Petite parenthèse. Je me suis dit aussi que si j’étais riche, j’achèterais des actions chez kleenex. Je ferais tourner la boite à moi toute seule, et je deviendrais encore plus riche !! Malheureusement je suis pauvre. Fin de la parenthèse.

 

Donc j’étais sagement devant Ty Pennington et ses potes, et je me suis dit que quand même, je ne comprenais pas pourquoi j’étais comme ça. Que cet état lacrymal datait de 2 ou 3 ans, alors qu’il me semblait pourtant que plus jeune, j’étais nettement plus hardcore. Pas insensible, mais je chouinais pas à la moindre occasion. Je savais me tenir ! Franchement, je vais être honnête, ça m’a travaillé pendant plusieurs jours cette histoire. Merde quoi, je suis pas une mauviette qui larmoie pour un rien !

 

Et tout à coup, j’ai eu un flash !

Je me revois adolescente, devant une rediffusion d’Abyss à la télé. Instantanément captivée par cette histoire sous les mers, tellement happée par l’intrigue qu’à la fin, quand Ed Harris doit descendre dans la faille désamorcer la bombe nucléaire, et qu’il annonce qu’il n’a plus assez d’air pour remonter, j’ai explosé sanglots. Non mais tu te rends compte, c’est trop triste ! C’est un gentil, en plus, y a sa chérie qui l’attend sur la plate forme et lui, il meurt. Mais c’est pas possible, ça peut pas finir comme ça ! (oui, j’aime bien imaginer ce qui va se passer quand je regarde un film). Attiré par le bruit de mon chagrin (et mes a/r à la salle de bain pour aller chercher des mouchoirs), le Petit vient voir ce qui se passe. Je lui explique entre 2 hoquets le pourquoi de mes larmes, que c’est triiiiiiiiiiiiiste… et là, alors qu’il n’a même pas 10 ans, il tente de me consoler « mais tu sais, c’est un film, c’est pour de faux, il meurt pas vraiment. »

 

Qu’est-ce que je disais déjà ? Ah ouais, j’étais hardcore.

 

Mon égo en a pris un coup, mais bon… jusqu’à que.. 2ème flash dans la face !

Qquand j’étais petite, j’étais privée de Candy. Candy, oui tu sais, la blonde avec ses grands yeux à qui il arrive plein de malheurs, oui j’avais interdiction de regarder. Parce que quand l’épisode se terminait, j’allais pleurer dans les bras de mon père et je déprimais tout le mercredi. Mes parents ont en eu trèèèèès vite marre, donc fini, plus de Candy !!

 

Là je t’ai donné quelques exemples, mais il y en a tellement d’autres !! Et puis pas que des films, ça marche aussi avec certaines musiques, ou encore des livres. Comme quoi les souvenirs, il faut parfois y faire attention. Moi qui pensais que mon émotivité était récente, je me rends compte que je me suis trompée en beauté. Je me soupçonne d’être née comme ça. En fait, je suis une usine à larmes !