Tag Archives: le Surfeur

Le retour du Surfeur

29 Juin

Hier après-midi, j’étais tranquillement chez moi, concentrée à rien faire, quand je reçois un texto. Comme toute personne normalement constituée, je regarde et là, paf ! Message du Surfeur. Alors lui, je ne sais pas si tu te rappelles (si non, tu peux regarder ici), mais j’ai pas trop aimé son comportement la dernière fois. Donc depuis cette histoire, je n’avais plus de nouvelles. Non pas que je m’en plaigne hein, c’était très bien comme ça.

 

Donc là, un texto pour me dire qu’il est sur la route pour rentrer chez lui, et que « sa copine n’est pas là et s’il était assez libre il me proposerait bien de faire des cochonneries ».

Alors déjà ça m’énerve. Cette façon d’inviter sans inviter. Faudrait savoir petit garçon, c’est une invitation ou ça l’est pas ? Il est libre ou pas ? Parce que je trouve ça un peu facile de balancer ce genre de choses et de se cacher ensuite derrière « l’excuse » de la copine. Non mais c’est vrai, à quoi ça sert de dire ça ? Puisqu’il est pas libre, il a qu’à fermer sa gueule, ça serait plus simple.

 

Alors je lui ai répondu. Au début, je voulais gentiment lui dire d’aller crever, mais bon, je me suis dis que ça ne serait pas correct. J’ai un standing de princesse à tenir et une princesse ne dit pas des choses pareilles. Alors à la place, je lui ai gentiment demandé s’il me prenait pour une pute et s’il croyait que j’étais à disposition (ça c’est de la princesse non ?).

Réponse de monsieur : je suis coincée et je ne sais pas m’amuser ! Et puis il me croyait plus sûre de moi et plus open ! Classe n’est-ce pas ?

 

Bon je t’épargne la suite des échanges, mais ça reste au même niveau.

Alors je reconnais qu’il a pas du comprendre pourquoi je l’agressais direct, mais bon, faut pas déconner non plus. J’estime qu’il s’est foutu de moi une première fois, c’est bon, j’ai retenu la leçon. Je vais pas me faire avoir une deuxième fois.

Mais ce que j’ai préféré par dessus tout, c’est ça façon de me rabaisser à partir du moment où je lui dis non. Parce que non, c’est pas lui le salaud, c’est moi la coincée (alors que je te rappelle, il y a un mois il me traitait de chaudasse) (faudrait savoir).

Et puis me dire que je suis pas sûre de moi, ça me fait bien rigoler. Parce que s’il dit ça, c’est qu’il a vraiment rien compris. Parce que c’est tout l’inverse à mon sens. Il faut justement que je sois suffisamment sûre de moi pour dire que je veux pas de ça, que je vaux mieux que ce plan tout pourri. Que je mérite d’être traitée avec respect, et pas comme un bout de viande.

Je ne suis pas contre m’amuser et passer du bon temps, mais je pose mes conditions. Et surtout, je choisis avec qui. Et là en l’occurrence, ça sera pas avec lui.

Faire du sexe avec un pote, je ne suis pas convaincue que ce soit une bonne idée, mais si les deux sont adultes et consentants, pourquoi pas.

Faire du sexe avec un pote en couple, c’est déjà nettement plus dérangeant (et la promesse d’emmerdes à venir).

Faire du sexe avec un pote en couple mais qui vous l’a caché, c’est même pas la peine d’y penser.

 

C’est pas que je n’aime pas m’en prendre plein la gueule alors que j’ai rien demandé, mais quand même, je trouve que c’est un peu fort.

 

J’ai une tête de salope ou bien ??

25 Mai

Alors tout d’abord, comme je suis pas une pute (haha) (ça commence bien) (mais c’est pour rester dans le thème), j’annonce de suite que si tu veux de la poésie, de la blagounette, de la paillette, du lolilol, du bisounours qui fait des choses sexuelles romantiques avec mon petit poney, je suis désolée, mais je crois qu’il va falloir attendre un prochain article. En revanche, si tu veux du parler cru, de la colère, de la déception, de la remise en question, de l’estime de soi dans les chaussettes, du moral à zéro, cet article est fait pour toi. Ouais je sais, ça vend pas du rêve, mais je peux pas toujours être au top du glamour.

 

Maintenant, on peut revenir au sujet. J’ai une tête de salope ou bien ??

Je précise bien évidemment que c’est une question rhétorique dont la seule réponse convenable et non. Si tu penses que oui, je t’éclate on va pas bien être pote.

Forcément, c’est non parce que 1/ tu n’as jamais vu ma tête (sauf 1 ou 2 personnes) et 2/ surtout j’estime de façon tout à fait objective et après concertation avec moi-même que je ne ressemble en rien à une chienne en chaleur. Bon c’est vrai que je ne connais personne qui reconnaisse avoir la tête d’une actrice porno dépravée et lubrique.

 

Tu vas me dire, mais pourquoi une telle question. Je t’explique (qu’est-ce que je suis sympa quand même).

Tu te rappelles qu’il y a quelques temps, j’ai revu le Surfeur. Surfeur qui ne me laisse pas indifférente, comme tu le sais aussi.

Et donc lundi, je reçois un texto de sa part, venant prendre de mes nouvelles, savoir si je survis au froid. Deux message plus tard, il me demande si j’ai pas des idées pour le réchauffer. Je lui suggère un bon bain chaud, et on en reste à peu près là. Bon ça transparait pas super dit comme ça, mais en vrai, on a fait un peu de la drague par sms. Pas des sextos hein, juste de la dragouille pas bien méchante.

Mardi soir, 23h30, nouveau message, toujours venant de lui. Je cite « c’est vraiment frustrant d’être à l’hôtel avec une envie comme ça… ». Encore une fois, on flirte par messages interposés, et il me propose de le rejoindre. Clairement, c’est pas l’envie qui me manque, mais il est à 150 bornes et je bosse le lendemain. Il souhaite alors que je lui envoie une photo de moi, lascive. Je le rembarre gentiment, c’est pas du tout mon truc.

Cet après midi, nouveau message, pour savoir si j’ai pas trop chaud (ouais, on aime bien parler météo, c’est assez sexy je trouve). Très vite, les messages ambigus arrivent. Et là, il me dit que je suis chaude. Alors déjà, j’ai pas apprécié. Parce que depuis le début de la semaine, c’est quand même lui qui vient me chercher, et lui qui fait déraper les messages en ajoutant un double sens. Et c’est moi qui suis chaude !!! Bon ok, je suis pas toute blanche non plus, parce que parfois je l’ai allumé bien comme il fallait. Mais j’ai pas aimé sa manière de dire que c’était de ma faute. Comme s’il était innocent et que je voulais le dévergonder.

On continue les messages, et on reparle de mardi soir. Il commence à être évasif. Je lui dis qu’il voulait que je vienne. Ce à quoi il me répond qu’il avait dit qu’il proposait que j’y aille, pas qu’il en avait envie. Ça me soule qu’il joue sur les mots (en plus, j’ai toujours pas saisi la différence). J’essaie de développer un peu là-dessus, et finalement, à force d’insister, il lâche qu’il a une copine depuis 2 ans, qu’ils vivent ensemble et qu’il est super amoureux. Mais bon, il est pas contre m’arracher mes vêtements pour me faire plaisir. Il aurait été devant moi, je lui aurait arraché la tête. Non parce que vraiment, ça me fait chaud dans le dedans de mon cœur de savoir que je lui fait tellement pitié qu’il est d’accord pour me faire la charité du sexe.

 

Et là, tu vas voir comment je suis trop forte, et où tout ce que je t’ai dit plus haut s’enchaine.

On commence donc par la partie colère. Finalement ,c’est juste un tocard égoïste qui me prend pour une pute. J’ai l’impression qu’il a fait que jouer avec moi, à venir me chercher, à me chauffer, à me faire des propositions (indécentes). Et c’est pas une sensation très agréable. Et puis je me dis qu’il n’a pas du tout tenu compte de moi. Il s’est jamais dit que j’étais un être humain, que je pouvais avoir des sentiments, et que son comportement pouvait être vraiment blessant.

 

De là, on en arrive à la déception. Je ne suis pas déçue que ça ne se fasse pas. Dans la mesure où j’espérais rien de lui, je fais style m’en fous. Non, je suis surtout déçue de m’être autant trompée sur lui. Je pensais que c’était un ami. J’avais dit qu’il n’était pas fiable, mais j’étais persuadée qu’il me respectait, et je n’avais jamais imaginé qu’il puisse me traiter de la sorte. Il ne l’avait jamais fait jusque là, il me traitait différemment. Donc là, je t’avoue que je tombe de haut.

 

D’où la remise en question.

Comment ça se fait que depuis quelques temps, genre 2-3 ans maintenant, 95% des mecs sur qui je tombe sont en couple. Je veux dire qu’ils me draguent (allègrement), mais au dernier moment, ah non désolé mais je suis déjà pris. Donc moi je sers à quoi ? Je suis là pour les rassurer et c’est tout ? Genre oui je suis en couple mais je voudrais savoir si je plais encore. Ah bien tiens, si j’allais draguer la petite là-bas. Je suis une proie facile, c’est ça ?

Qu’est-ce qui cloche chez moi ? Pourquoi les mecs sont persuadés qu’ils peuvent me traiter de la sorte ? J’envoie quoi comme signaux pour qu’ils s’imaginent une chose pareille ? J’ai écrit salope sur le front .? J’ai un panneau dans le dos qui dit que je suis open pour faire des choses du sexe entre 5 et 7 par exemple ?

 

Et là, concrètement, j’ai envie de me mettre en boule dans mon lit et de pleurer.

Parce que me faire draguer par un mec déjà pris, c’est pas la première fois que ça arrive. Alors la première fois que c’est arrivé, je me suis pas dit grand-chose. Je l’ai surement traité de con, et puis j’ai vite oublié.

Mais la deuxième, puis la troisième fois, j’ai commencé à me poser des questions. Là pour être honnête, j’ai arrêté de compter.

À chaque fois, je me sens comme une merde. À chaque fois je me demande ce qui va pas chez moi. Parce que j’ai l’air suffisamment bien pour que certains envisagent de tromper leur copine, mais je suis jamais assez bien pour qu’un mec envisage une relation (sérieuse) avec moi. Honnêtement, je suis pas moche, pas idiote, peut-être un peu timide au début mais assez sympa, plutôt ouverte, hyper drôle (n’est-ce pas?). Alors pourquoi je suis seule ? Pourquoi y a pas un mec (bien) qui se dit « hey mais elle a l’air super comme fille, j’aimerais bien la connaitre mieux ! ». Pourquoi moi j’ai droit qu’à « putain elle est bonne, je la baiserai bien ».

À chaque fois, je dois faire un effort pour me convaincre que je vaux quelque chose. Que je suis pas une moins que rien. Que moi aussi je mérite d’être aimée (et pas que pour mon cul). Que moi aussi je trouverais ma moitié. Le seul problème, c’est que l’effort à fournir pour m’en persuader est de plus en plus grand.

Parce qu’à chaque fois, ma propre estime s’enfonce plus profondément. Alors je lutte pour la maintenir à niveau, pour contrebalancer tous ces signaux négatifs qu’on me renvoie. mais je commence sincèrement à être fatiguée. J’ai parfois l’impression d’une bataille sans fin et c’est épuisant. Émotionnellement et mentalement. Surtout des jours comme celui-là, ou je doute de l’issue…

 

Hésitation

11 Mai

(rien à voir avec Twilight) (quoi que, c’est aussi une histoire niaise)

 

Ce soir, 21h47 très précisément, le Surfeur m’appelle.

Je t’explique vite fait. Le Surfeur, je l’ai rencontré pendant mes études, et on a tout de suite accroché. En même temps, je ne connait personne qui n’accroche pas avec lui. Il est adorable, drôle, intelligent. Le fait qu’il soit brun aux yeux verts y fait beaucoup, surtout vis-à-vis des filles. Et puis la pratique intensive du surf lui fait le corps qui va bien. J’ai calculé, ça fait 8 ans qu’on se connait. On s’est tourné autour pendant l’école, et même si ça fait longtemps qu’on s’est pas vu à cause de son job qui l’a envoyé loin (genre Paris), on est resté en contact. Ça a toujours été un peu ambigu mais il ne sait jamais rien passé.

 

Je reviens à ce soir.

Je suis en yogging, en train de grignoter devant les actus HC quand mon téléphone sonne. Le Surfeur fait découvrir la ville à son chef, et me propose de les rejoindre. On fait genre, oh non, je veux pas vous déranger, c’est toi qui voit blabla. En fait dans ma tête, je réfléchis déjà à ce que je vais mettre. Bon c’est décidé, un slim, un petit top, mes talons préférés, un peu de maquillage et c’est parti.

 

J’arrive au bar, et dès que je le vois, j’ai un petit pincement au cœur. Il est toujours aussi beau et je suis vraiment contente de le revoir. c’est là que je réalise qu’il m’a manqué (oui je suis une amie ingrate). La soirée se déroule, on discute tranquillement tous les trois, on fait connaissance, on rigole, on trinque, c’est vraiment très sympa.

Moi par contre, je suis quand même troublée, comme à chaque fois que je suis avec lui. Sa façon de me regarder me déstabilise, parce que oui, il me plait. Alors j’ose plus trop le regarder en fait. Je me dis que je dois avoir l’air d’une collégienne, mais tant pis.

 

La soirée se finit. Le Surfeur dépose son chef à son hôtel, et me raccompagne à ma voiture. Sur le trajet du retour, la question de savoir si chacun est libre est posée, mais pas directement. Les réponses sont encore plus floues que les questions. On a 12 ans, on redevient timides, maladroits. C’est le genre de chose qui en temps normal aurait pu m’énerver. Là je trouve ça touchant.

 

Arrivés à ma voiture, on est gênés. On se fait la bise ? on s’embrasse ? Alors on se regarde, un sourire léger sur les lèvres. Finalement je tranche, je lui fait une bise toute douce sur la joue. Le dérapage n’est pas loin. Il en a envie, j’en ai envie. Mais rien. Alors je rentre chez moi, seule. Et sur la route retour, j’arrête pas de me dire que je suis conne. J’ai qu’un texto à lui envoyer et je sais qu’il rapplique. Je le fais ? Je le fais pas ? Je n’en ferais rien.

 

J’ai horreur de cette situation.

Je sais que je lui plais, il sait qu’il me plait. Le problème c’est que je sais également que du point de vue relationnel, ce n’est pas du tout quelqu’un de confiance. Pour rester polie, on va dire qu’il papillonne. Beaucoup. Très très beaucoup. Et moi, ça ne m’intéresse pas. Parce que j’ai déjà donné et ce n’est pas ce que je cherche. Et surtout parce que je sais que ça serait si facile de tomber amoureuse de lui, ce qui voudrait dire brisage de cœur en règle. Finalement, je suis contente que la raison l’ait emporté.

 

Je sais ce que vous allez me dire, que oui, il faut absolument que je le revois, que je sais pas, si ça se trouve, ça ferait une super histoire. Qu’on ne peut juger de rien avant, il faut que je me jette à l’eau. Et que même si ça marche pas, au moins j’aurais essayé et j’aurais pas de regret.

Et je vous répondrez que vous avez tout à fait raison, et donc que je le relancerai demain…