Tag Archives: le Padre

Les états d’esprit du vendredi #5

12 Juin

C’est un article que j’ai vu chez Isa et que j’aime bien, donc je lui pique l’idée.

Le concept est assez simple, le vendredi je réponds à un petit questionnaire.

C’est parti !

 

Vendredi 12 juin, début : 22h14

 

Fatigue :

Je devais faire une mini sieste de 20min en revenant du boulot à 18h, j’ai dormi 2h.

Et quand je me suis réveillée à 20h, j’ai très sérieusement envisagée de commencer ma nuit.

Voilà où j’en suis…

 

Humeur :

Petite joie cet aprem quand je suis passée au lycée et que j’ai découvert une note dans mon casier me disant qu’on m’avait versé de sous en plus ! je m’y attendais pas, donc c’est plutôt bien cool !

J’étais un peu dégoutée parce qu’aujourd’hui maisons du monde faisait une vente privée, que je voulais y aller et que j’ai pas pu à cause du lycée. Disons que ça compense.

 

Estomac :

Ça va mieux depuis que je me suis enfilé un paquet de chips.

Trop la flemme de me faire à manger…

 

Condition physique :

Plus l’été approche, plus c’est la cata. Cellulite, ventre tout mou, c’est festival !

 

Esprit :

Préoccupé par le-collègue-de-l’Atelier..

 

Boulot :

Le lycée est presque fini, youpi !

J’ai encore 2 visites de stage et 1-2 réunions pourries, mais sinon, terminé ! plus d’élèves, plus de cours, plus de corrections. FI-NI !

Sinon toujours l’Atelier. J’ai réussi à « vendre » mon idée de logiciel, je suis assez contente. Bon par contre maintenant il va falloir le créer, me souvenir des cours que j’avais eu, ça va être drôle.

 

Reste :

Mon père arrive dans 10 jours, et je dois avouer que ça me stresse un peu.

 

Penser à :

Envoyer un mail à Jeff.

 

Amitiés :

J’ai vu les copains du rugby le weekend dernier et c’était topissime. Avec un pique-nique sur les quais en cerise sur le gateau.

Sinon les copines sont toujours chouettes. Comme d’hab quoi 🙂

 

Love :

Je sais absolument pas quoi penser du collègue-de-l’Atelier. Un jour j’ai l’impression que je lui plait, un jour non. C’est un pas en avant, un pas en arrière. Charlotte me dit que je vais être obligée de faire le 1er pas, mais pour l’instant j’ose pas.

Sinon j’ai un collègue du lycée qui s’est manifesté, mais bon, il est marié avec un gosse. Merci mais j’ai bien retenu la leçon de ce coté. Bon y a eu flirt ultra léger, genre 3 textos envoyés, mais j’imagine rien avec lui. c’est juste que le Collègue-de-l’Atelier se manifeste pas, et que ça fait quand même du bien à l’égo.

 

Sorties :

Soirée demain avec Charlotte.

Ciné normalement dimanche, mais ça reste à confirmer.

 

Divers :

J’ai eu la confirmation que la mini-jupe pour aller au stade, c’est PAS une bonne idée.

Surtout s’il y a plein de marche à monter.

Surtout s’il faut enjamber les sièges.

Heureusement que j’avais mis une culotte…

 

Courses :

Faites mercredi donc je suis tranquille !

 

Envie de :

Dormir !!!

 

Musique :

Là rien de spécial.

 

Fin : 22h41

 

Tu es une grosse ratée

4 Sep

Cet été, mon père me propose un déjeuner en tête à tête avec lui.

Mes parents habitent loin, ils reviennent une fois par an donc pourquoi pas.

L’erreur…

 

On arrive au resto, on s’installe, on commande, on parle de tout et de rien. Un peu comme d’habitude.

Les entrées arrivent, et là, c’est le début de la discussion sérieuse. Quand je dis « discussion sérieuse », il faut bien évidemment comprendre « remontage de bretelle ».

Il commence par me reprocher certaines choses, mais là pour le coup c’était justifié, donc je ne peux pas dire grand-chose.

Et ce qui pouvait encore passer pour une tape sur les doigts se transforme en Armageddon.

 

Il passe alors à ma situation professionnelle. Que bon, ma situation est précaire et que ça serait bien de faire quelque chose pour y remédier. Donc soit j’aime ce que je fais et j’ai le concours (puisque pour lui, je cite : »le concours de prof n’est qu’une formalité ») soit je n’aime pas et je trouve autre chose. Parce que tu te rends compte, à mon âge je ne suis toujours pas propriétaire, et vu comme c’est parti, je vais avoir une retraire de misère.

 

Je t’avoue qu’à ce moment, je suis pas au mieux, mais c’est pas grave, ça continue.

Il enchaine alors sur ma situation amoureuse (lol).

Il me demande si j’ai un copain. « non ». « une copine ? ». « non plus ». Et bien c’est pas normal d’être célibataire. Sous entendu je ne suis pas normale. Que c’est forcément ma faute. Que c’est bien d’avoir du caractère mais c’est pas comme ça que ça marche, et que ça serait bien que j’apprenne à faire des compromis. Et puis la déco de mon appart est trop girly, c’est clair que ça donne pas envie aux mecs.

 

A ce moment, j’ai failli lui demander si je m’ouvrais les veines maintenant ou si j’attendais le dessert, mais je me suis abstenue. Je sais pas, quelque chose m’a dit qu’un trait d’humour sera mal venu…

 

Il a fini en me reprochant de regarder trop de films et de séries, et que c’est pas ça la vraie vie. Que je vivais dans mon petit monde, mais qu’il allait falloir que ça change.

 

J’ai attendu d’être rentrée chez moi pour pleurer.

Tout un repas à m’en prendre plein la gueule, à m’entendre dire que je suis une grosse ratée, ça faisait un peu trop.

Un peu plus tard, avec le recul, j’ai réfléchi à ce qu’il m’avait dit. C’est là que j’ai réalisé qu’il parlait un peu à tord et à travers, et que si certains reproches étaient justifiés, la plupart ne l’étaient pas.

Les copines m’ont dit qu’il avait été maladroit, qu’il m’avait dit ça parce qu’il s’inquiète pour moi. Je sais. Mais c’est pas une excuse.

Sur beaucoup de point, il parle sans savoir. Mais au lieu de poser des questions pour me connaitre, pour avoir mon point de vue, il m’a condamnée.

 

On m’a conseillé de m’expliquer avec lui, d’en parler à ma mère pour qu’elle fasse médiateur, mais j’en n’ai même pas envie.

S’il préfère me juger sans même essayer de se mettre à ma place, je vois pas bien pourquoi je me justifierais.

 

Secrets de famille

18 Sep

Je ne sais pas si tu te rappelles, mais cet été, quand le Petit s’est cassé la…, s’est fracturé le…, bref, tu t’en souviens, je t’ai dit que j’en avais un peu marre des secrets et des non dits dans ma famille. Je sais ce que tu vas me dire, que le Petit était un peu honteux et je le comprends. Mais bon, ça me soule quoi.

Je ne me fais pas d’illusions, je me doute que ce n’est pas spécifique à ceux qui m’entourent, que ça arrive aussi chez les autres. Mais il n’empêche, c’est pénible.

 

Et bien ça n’a pas loupé. Deux ou trois semaines plus tard, j’allais chez l’Ainé. Et là, il m’apprend que lui et l’Irlandaise attendent le deuxième pour mars. Ouais cool, c’est super ! Je suis super contente, pour eux et aussi pour moi (oui je suis comme ça). Jusqu’à ce que l’Ainé me demande de ne rien dire aux parents, qu’ils l’annonceront en temps voulu. Ça déjà, ça me plait beaucoup moins, même si je peux le comprendre. C’est encore le début, ils veulent surement attendre que le premier trimestre soit passé. Le jour de mon départ, l’Ainé insiste bien, je dois garder le secret, ils le diront à leur manière.

Je dois dire que depuis que je suis rentrée, je guette le moment où mes parents l’apprendront, mais non, toujours rien. Là où ça commence sérieusement à m’embêter, c’est que mes parents y vont en novembre, et qu’ils ne savent toujours pas. Connaissant l’Ainé, il est capable d’attendre leur arrivée chez lui pour leur dire. Genre elle sera enceinte de 6 mois et « surprise, on attend le deuxième ». Comme si mes parents n’allaient pas le voir tous seuls.

 

Dimanche dernier, je passe voir le Padre. La Reine Mère est en vacances avec deux copines à elle, mon père est tout seul, donc je lui rends une petite visite. On discute de tout et de rien, on parle de leur voyage en novembre, et là, mon père me dit qu’ils aimeraient bien y retourner pendant les vacances d’hiver. C’est-à-dire à peu près au moment où ma belle-sœur doit accoucher.

Donc j’ai craqué, j’ai lâché l’info à mon père. Je sais que ce n’était pas à moi de le dire, mais ça m’énerve. Parce que c’est le genre de « détail » dont il faut tenir compte. Ça serait con qu’ils y aillent la semaine avant l’arrivé du petit (ou de la petite hein, on sait pas encore). Ou prévoir de loger chez l’Ainé pendant une semaine, alors qu’ils auront la tête dans le guidon.

Le Padre me remercie de lui avoir dit, parce qu’effectivement ça change pas mal de chose dans l’organisation. En revanche, il me demande de ne toujours rien dire à la Reine Mère, que pour l’instant elle n’a pas à savoir.

 

C’est alors qu’il en profite pour m’annoncer qu’ils envisagent de repartir. Il y a quelques années, mes parents sont partis travailler à l’étranger, et donc ils aimeraient remettre ça. Le point négatif, c’est qu’ils partiraient pour au moins 4 ans, assez loin, ce qui voudrait dire qu’ils reviendraient en vacances une fois par an environ. Donc oui, ils s’interrogent et mon père voudrait savoir ce que j’en pense. Parce que là encore, ça change beaucoup de chose. Et pour eux et pour nous.

Cherry on the cake, le Padre me demander de tenir ma langue, que pour l’instant je suis la seule à qui ils l’ont dit. Et donc, interdiction d’en parler à mes frères.

 

Ça me soule !

Cet été, je me plaignais, j’en avais marre des petits secrets. Mais maintenant que je suis dedans, je peux te dire que j’aime pas plus. Alors oui, je suis au courant des infos, mais devoir ne rien dire aux autres, c’est pas forcément mieux.

En tout cas, il me tarde que tous ces petits secrets sortent, que tout le monde soit au courant, parce que me connaissant, je ne devrais pas tarder à faire une énorme bourde.

 

7 jours de bonheurs en 2012… #13

25 Mar

Encore une semaine pleine de petits bonheurs, qui m’ont fait rire et fait chaud au cœur. Sincèrement, que demander de plus, si ce n’est que ça continue ?

 

Lundi :

Le bonheur, c’est de recevoir un texto d’un pote pas vu depuis longtemps, s’échanger quelques news et se programmer un resto pour la semaine prochaine. Le fait qu’il soit mignon avec des yeux incroyables et super bien foutu n’a absolument pas été pris en compte bien sur.

 

Mardi :

Le bonheur, c’est de voir une élève hésiter, et tout à coup me dire 3madame, ça fait 2 heures que je le regarde. Il est trop beau votre vernis, il vient d’où ? ». Je sais, je suis un peu niaise, mais ça fait toujours plaisir !

Le bonheur, c’est de recevoir un texto de Cruella pour me dire que ça y est, elle a pris ses billets de train pour venir me voir à Pâques.

 

Mercredi :

Le bonheur, c’est d’avoir des élèves qui bossent bien, qui en sont tout fiers, de faire des petites blagues et rigoler avec eux.

Le bonheur, c’est d’aller faire un tour en ville, et de revenir avec 4 livres, 1 robe, 1 top, 1 gilet et 2 vernis.

vêtements H&M, vernis Séphora

Le bonheur, c’est le retour de Sherlock Holmes à la tévé. La saison 2 débarque sur France 4 et je kiffe sa race ! (ce que je kiffe nettement moins sa race, c’est que les saisons font que 3 épisodes) (elles en feraient 13455669876, ça serait vachement mieux)

 

Jeudi :

Le bonheur, c’est de bosser avec Bob le bricoleur, dans la joie et la bonne humeur. J’adore ce mec, on passe notre temps à se marrer. Pour la peine, j’avais une heure de libre dans l’après midi, alors j’ai récupéré ses élèves qui avait étude pour les aider à faire leur dossier de stage. Les voir hyper appliqués, à chercher mon approbation, je trouve ça trop mignon.

 

Vendredi :

Le bonheur, c’est d’accompagner les élèves en sortie scolaire, et en profiter pour discuter avec une collègue, la découvrir autrement qu’au collège où elle est toute en retenue. C’est une femme que j’apprécie beaucoup, mais la voir se lâcher un peu c’était rigolo.

Le bonheur, c’est un 3ème qui vient me voir pour me demander si c’est un vrai tatouage que j’ai sur le doigt, s’il peut le voir et l’entendre dire « grave stylé madame !!! ». Le voir revenir 1 heure après avec un copain et me tirer carrément la manche pour montrer ma main à son pote. C’est con, mais ça me fait marrer.

Le bonheur, c’est d’aller déjeuner chez mes parents en sortant de cours. La Reine Mère n’était pas là, alors on s’est fait un tête à tête avec le Padre, ce qui n’arrive vraiment pas souvent, si ce n’est jamais. On a bien discuté, un vrai échange, j’ai beaucoup aimé.

Le bonheur, c’est de faire un peu de shopping, et de craquer sur une robe. Au moins ma 125ème. Qui va rester dans le placard, puisque je n’ai pas d’occasion de la mettre.

robe Bershka

 

Samedi :

Le bonheur, c’est d’avoir un joli mot de Chelsea sur HC.

Le bonheur, c’est d’avoir une journée vraiment off, à rien faire, à prendre soin de moi, à bouquiner tranquillement, à faire la sieste. Le pied total !

 

Dimanche :

Le bonheur, c’est de bouquiner au soleil. Peut-être même que je vais réussir à prendre des couleurs, qui sait ?

Le bonheur, c’est de me dire que ce soir, il y a la suite des Piliers de la Terre sur France 3.

 

Et toi, ta semaine ?

 

Et si tu veux plus de bonheurs, tu peux lire ceux d’Adrénaline et de Thalie.