Tag Archives: honte

Sweet about me

13 Sep

Mesdames et messieurs, voici le titre d’article le plus pourri du monde. Je cherchais un titre qui allait indiquer que j’allais parler de moi, et j’ai trouvé ça. Tout ça pour dire qu’Em-en-rose m’a taggée il y a un peu plus d’un mois, et oui bon ben voilà quoi, je m’y mets enfin.

 

Donc les règles :

Je dois dire 8 secrets sur moi (en vrai c’est 11 mais je sèche sur les 3 derniers) et ensuite répondre aux 11 questions d’Em. Le reste on s’en fout, je le fais pas de toute façon.

  1. J’aimerais changer de tête, mais je ne sais pas quoi faire. Le roux me tente depuis plusieurs mois, mais le vrai roux, le flamboyant (cf la photo à coté). Ou alors juste les pointes, mais de couleurs, genre Dellelicious. Je sais pas, j’hésite, alors je fais rien. Pour être honnête, c’est pas que j’hésite, c’est que j’ose pas. Ou alors je les coupe. Mais comme j’aimerais les laisser pousser, c’est compliqué quoi. Bref une fille dans toute sa splendeur.
  2. En parlant de cheveux, j’en suis assez contente. Ils sont bouclés naturellement, mais fins et souples, donc facile à brushinger (pour changer de tête justement).
  3. Parfois, j’ai les orteils qui se déboitent, et ça fait super mal !
  4. Et j’ai les hanches qui se coincent aussi. Faut que je les fasse craquer pour pouvoir rebouger. Oui je sais, je suis en kit.
  5. En ce moment, je rêve d’énormes gaufres  la chantilly. Sauf que pour l’instant chez moi, c’est plutôt barres de céréales à amener au lycée pour mon gouter. Et je te dis pas à quel point ça me frustre.
  6. Je ne sais pas roter. Alors ça va bien avec mon standing de princesse, mais bon, parfois ça serait bien pratique, notamment parce que je supporte de moins en moins les boissons à bulles. Alors tant pis, je souffre en silence.
  7. Je déteste mettre du temps à répondre quand je dis que je ferais. Genre là pour le tag, j’ai mis plus d’un mois à répondre. Genre j’ai dit à Stelda que je ferais un article sur les macarons et je l’ai toujours pas fait. C’est juste que je sais pas m’organiser.
  8. Là je vais pas me faire des copines, mais j’aime pas quand sur les blogs les filles écrivent en gras/souligné/italique une phrase sur deux. Je me sens comme une débile, genre je suis trop conne pour comprendre si on fait pas ressortir l’idée. Une phrase ou deux ok, mais plus, ça sert plus à rien.

 

Voilà, c’était la première partie sur les petits secrets de moi.

Et maintenant, les questions d’Em. C’est parti !!!

1) Quel est ton meilleur souvenir de vacances ?

Ohlala, j’en sais rien. je peux citer celui dont j’ai déjà parlé ici, mais sinon, les premiers qui me viennent à l’esprit sont des voyages en famille quand j’étais plus jeune.

 

2) Si tu devais te résumer en un seul mot ça serait ? Et pourquoi ?

La question de la mort… après avoir hésité entre plein, après avoir inventé des mots composés pour pouvoir tricher, après réflexion, je dirai simple.

Simple dans le sens nature(lle), pas dans le sens débile hein, faut pas confondre. Je crois que je me prends pas la tête, je ne me prends pas pour la reine du monde.

 

3) Qu’est ce que tu apprécies le plus chez tes amis ?

Qu’ils soient des gens gentils. Mais de vrais gentils. Parfois, ça me fait même un peu halluciner, on dirait que dans leur monde, le mal n’existe pas. et je peux te dire qu’être avec eux, c’est le meilleur moment qui soit. C’est apaisant, c’est cool, c’est génial.

Je sais qu’avec eux, y aura jamais de coup de putes ou quoi, parce que c’est pas dans leur nature. Je peux leur faire confiance les yeux fermés.

 

4) Raconte nous ta pire honte ?

Alors là tu vois, ma pire honte personne ne la connait, donc je vais surement pas la raconter. je sais que je suis un peu blonde, mais bon quand même quoi.

 

5) Quel est ton rêve le plus fou ?

Gagner à l’euromillions ? ça serait quand même bien cool. Ou que George tombe amoureux de moi (en plus il est célib again, j’ai toutes mes chances).

 

6) Si tu étais un des sept pêchés capitaux tu serais ? Et pourquoi ?

La gourmandise. Je ne sais pas résister à un énorme dessert !!! ou deux énormes desserts !! ou trois (oui ça peut arriver)

 

7) Quel est ton juron favori ?

Putain ! le mot que je dis environ 150 millions de fois par jour. Même que ma mère me dit encore « tu peux refaire la même phrase sans dire putain dedans ? » (ça doit être les seules fois où ma mère dit un gros mot).

Et quand je suis énervée, ça donne putaaaaaaaiiiiiiiiinn sa mèèèèèèèèèèèèère !!!!

Toujours à la pointe du glamour la fée.

 

8) Ta réplique de film préférée ?

J’aime trop le cinéma pour en choisir qu’une. (et puis surtout là comme ça, j’ai pas d’idée)

 

9) Quel est ton dernier gros achat ?

Je dirais les billets d’avion pour aller en Irlande cet été.

Pendant très très longtemps j’ai pas gagné de sous, alors je comptais tout. Genre je me suis pas acheté de fringues pendant deux ans (véridique !). Et même maintenant, j’ai du mal à acheter sans regarder les prix. Alors faire un gros achat, je peux te dire que c’est rare.

 

10) Quelle est la chose qui te manquerait pour être heureuse ?

Un chéri. Là vraiment j’en ai marre d’être seule. J’ai envie d’avancer, j’ai envie d’un amoureux que je retrouve le soir, qui me prend dans ses bras, qui me rend heureuse, avec qui faire des projets.

Et des enfants. C’est mon souhait le plus cher. Ça me parait niais de dire ça, mais c’est comme si j’étais pas complète sans.

 

11) Pourquoi as-tu décidé de faire ce blog ?

Deux raisons : j’avais envie de me remettre à écrire, à réfléchir, à réutiliser mon cerveau. Et puis j’avais des choses à dire.

Et y en a même une troisième, pour être moi-même. en vrai, je compose un peu en fonction de qui j’ai en face. Alors qu’ici, je peux être moi. et ça, c’est plutôt cool.

 

Et voilà !

J’espère que t’as kiffé ta race, parce que je me suis bien creusée la tête pour trouver des réponses pas trop pourries.

 

Ça faisait longtemps que j’avais pas eu honte…

1 Mai

Hier, sortie scolaire avec les élèves. On emmène les 4èmes au tribunal de grande instance, assister à quelques audiences. On arrive un peu en avance, on en profite pour visiter un peu, leur faire réviser « comment s’appelle telle personne? » « qui s’assoit de ce coté ? » toussa toussa. Enfin moi personnellement, je cherche plus à me réchauffer et à me sécher, parce qu’on s’est pris la pluie en y allant, et mes petites ballerines n’ont pas survécu. J’aime tellement le splosh splosh quand je marche..

 

L’heure des audiences arrive, on s’installe dans la chambre, la juge arrive, et ça commence.

Les histoires aussi tristes que pathétique s’enchainent. Ce que je n’avais pas imaginé, c’est que tous les prévenus viendraient encadré par la police, après un weekend fort sympathique de garde à vue.

Alors si ça a calmé les élèves, avec les collègues on ne peut pas s’empêcher de faire des apartés, histoire de commenter telle ou telle situation.

 

Jusqu’au moment où la juge me regarde et dit « Madame, si vous continuez à parler vous sortez ! ». Là j’hésite entre la décomposition totale et la décomposition totale. Mais je choisis de faire comme les élèves, la main sur le cœur « moi ?!??!? ». La juge ne me répond pas, elle répète juste que si ça continue je sors. Je ne comprends plus rien. Bien évidemment tous les élèves se sont retournés, et me regardent en rigolant. Moi je ne sais vraiment plus où me mettre, je me sens rougir jusqu’à la moelle, j’ai qu’une envie c’est de disparaitre. Je suis même prête à creuser mon propre trou si ça peut faire en sorte que tout le monde m’oublie.

 

Et là, entre deux battements de cœur, j’entends « si vous continuez à parler au prévenu, vous sortez ! ». Alléluia ! La délivrance ! Il se trouve que la femme du prévenu est assise deux rangées devant moi, dans l’axe de la juge. Et donc, non, elle ne s’adressait pas à moi. Je crois que c’est à ce moment que j’ai recommencé à respirer..

 

Bien évidemment, les élèves s’en sont donnés à cœur joie à la sortie du tribunal « alors madame, vous discutez ? » « madame, vous êtes devenue toute rouge quand la juge elle vous a engueulé ! » et bien d’autres. Heureusement, mes collègues ont pris le relais pour leur expliquer que non, ce n’était pas moi.

Heureusement que ce n’était effectivement pas pour moi, sinon la fin d’année aurait été difficile… pourquoi se taire avec une prof qui discute aussi, et se fait rappeler à l’ordre par un juge ?