Tag Archives: heureusement que le ridicule ne tue pas !

J’ai trop la main verte

17 Mai

Comme tu l’as surement lu, hier j’ai écrit un petit article qui à la base était une blague (même si ça me fait quand même mal d’avoir basculé du côté obscur). Le problème c’est que je sais que certaines se sont vraiment inquiétées, et ce n’était pas du tout ce que je voulais (encore pardon).

C’est pourquoi, pour me faire pardonner, je vais te raconter une petite anecdote qui le l’espère, te permettra de bien te moquer de moi rire.

 

Hier soir, je fais le tour de mon salon pour arroser mes plantes. Alors déjà, j’aime beaucoup cette phrase, parce qu’on dirait que j’ai un grand salon, alors que pas du tout. En trois pas tu l’as traversé. Mais ce n’est pas le sujet.. Donc je disais, j’arrose mes plantes (en fait j’en ai que quatre). Arrivée à la petite table où est posé mon mini ficus rachitique, je me retourne vers le bouquet de fausse roses, et je m’auto fais une blague « ah non, pas celles là, elles sont en plastique ! Haha ».

 

Ce qui ne m’a pas empêché d’ajouter dans la seconde « oh, elles s’ouvrent ! ». Ouais, les roses. Ouais, celles en plastique.

 

Fais toi plaisir, c’est cadeau.

 

Ça faisait longtemps que j’avais pas eu honte…

1 Mai

Hier, sortie scolaire avec les élèves. On emmène les 4èmes au tribunal de grande instance, assister à quelques audiences. On arrive un peu en avance, on en profite pour visiter un peu, leur faire réviser « comment s’appelle telle personne? » « qui s’assoit de ce coté ? » toussa toussa. Enfin moi personnellement, je cherche plus à me réchauffer et à me sécher, parce qu’on s’est pris la pluie en y allant, et mes petites ballerines n’ont pas survécu. J’aime tellement le splosh splosh quand je marche..

 

L’heure des audiences arrive, on s’installe dans la chambre, la juge arrive, et ça commence.

Les histoires aussi tristes que pathétique s’enchainent. Ce que je n’avais pas imaginé, c’est que tous les prévenus viendraient encadré par la police, après un weekend fort sympathique de garde à vue.

Alors si ça a calmé les élèves, avec les collègues on ne peut pas s’empêcher de faire des apartés, histoire de commenter telle ou telle situation.

 

Jusqu’au moment où la juge me regarde et dit « Madame, si vous continuez à parler vous sortez ! ». Là j’hésite entre la décomposition totale et la décomposition totale. Mais je choisis de faire comme les élèves, la main sur le cœur « moi ?!??!? ». La juge ne me répond pas, elle répète juste que si ça continue je sors. Je ne comprends plus rien. Bien évidemment tous les élèves se sont retournés, et me regardent en rigolant. Moi je ne sais vraiment plus où me mettre, je me sens rougir jusqu’à la moelle, j’ai qu’une envie c’est de disparaitre. Je suis même prête à creuser mon propre trou si ça peut faire en sorte que tout le monde m’oublie.

 

Et là, entre deux battements de cœur, j’entends « si vous continuez à parler au prévenu, vous sortez ! ». Alléluia ! La délivrance ! Il se trouve que la femme du prévenu est assise deux rangées devant moi, dans l’axe de la juge. Et donc, non, elle ne s’adressait pas à moi. Je crois que c’est à ce moment que j’ai recommencé à respirer..

 

Bien évidemment, les élèves s’en sont donnés à cœur joie à la sortie du tribunal « alors madame, vous discutez ? » « madame, vous êtes devenue toute rouge quand la juge elle vous a engueulé ! » et bien d’autres. Heureusement, mes collègues ont pris le relais pour leur expliquer que non, ce n’était pas moi.

Heureusement que ce n’était effectivement pas pour moi, sinon la fin d’année aurait été difficile… pourquoi se taire avec une prof qui discute aussi, et se fait rappeler à l’ordre par un juge ?

 

Je suis un génie (mais un peu blonde aussi) (surtout blonde en fait)

12 Avr

Parfois, ma propre connerie me surprend moi-même. Je plaisante pas, je m’auto-fatigue tellement je peux être débile.

 

En ce moment, tu l’auras compris, je lis beaucoup toussa.

Tu sais peut-être aussi que dernièrement, je me suis un peu ratée dans mes choix de livres, notamment en en achetant que j’avais déjà (quand je te dis que je suis blonde un peu). De plus, il y en a 2 ou 3 qui ne m’ont pas convaincue, qui n’étaient pas top. Genre je les aurais pas payés j’aurais été contente.

 

Et donc, j’ai commencé à réfléchir. Ça aurait été pas mal de pouvoir les ramener au magasin une fois lus, et les échanger contre des nouveaux, que je n’avais pas, ou des mieux. Mais bon quand même, ça ne se fait pas. Et puis je trouve que ça a un petit côté malhonnête.

Pourtant, ce système d’échange, plus j’y réfléchis et plus je trouve que c’est pas mal ingénieux. Je suis plutôt fière de moi sur ce coup. Avoir la possibilité de lire plein de livres sans que ça coute un bras, vraiment c’est une super idée !

 

 

 

 

Hey ! Mais ça serait pas le concept d’une bibliothèque par hasard ?

 

BLONDE !!!

 

Au moins, je sais ce que je vais faire pendant les vacances. En plus, je ferai des économies, et ça me permettra peut-être de financer celles de cet été…