Tag Archives: Choupiprof

7 jours de bonheurs en 2012 #48

25 Nov

Bien souvent on se dit qu’on sera heureux plus tard. Quand les choses iront mieux.

Mais le bonheur, c’est parfois maintenant, il suffit juste de le reconnaitre. Il  faut voir et apprécier les petits instants qui font que la vie est belle. Alors même si parfois ce sont de toutes petites choses, parfois insignifiantes, profitons-en tant qu’elles sont là…

 

Lundi :

Le bonheur, c’est de chambrer un élève de l’année dernière en sortant du lycée. Il est avec sa sœur (?) qui doit avoir 7 ans, et ils chahutent et rigolent ensemble. Et puis je le vois jeter son écharpe sur sa sœur. Il ne la frappe pas ni rien, c’est tout gentil mais en arrivant à leur hauteur, je peux pas m’empêcher de lancer que c’est moche de taper les filles et je conseille à sa sœur de lui donner des coups de pieds dans les tibias s’il recommence. Elle explose de rire, et lui il est tout en panique, à me dire « mais madame, vous pouvez pas dire ça !! ». C’était trop drôle.

Le bonheur, ce sont les mails et textos envoyés à ma Loulou et Isa. Qu’est-ce que j’ai pu me marrer !

Le bonheur, c’est que je me trouve jolie. Je peux te dire que c’est ultra rare, en général je ne vois que ce qui ne va pas (comme toutes les filles en gros), mais là non. Je me trouve jolie, pas juste bien ou pas trop moche, et ça fait du bien.

 

Mardi :

Le bonheur, c’est Cruella qui me confirme qu’elle sera là samedi. Bon c’est pas pour longtemps, juste quelques heures, mais c’est coooooool ! Il me tarde 🙂

Le bonheur, c’est de Choupiprof. J’étais à la machine à café et il est venu en chercher un. Le voir, ça me fait aussi penser à toutes les bêtises que je vous écris sur lui, alors j’ai dû tourner la tête et me pincer les lèvres pour pas rigoler bêtement.

Le bonheur, c’est d’assister à une formation au lycée. Formation pour les profs, qui a complètement dégénérée bien entendu. On a pas beaucoup travaillé, mais qu’est ce qu’on a pu dire comme conneries !

 

Mercredi :

Le bonheur, c’est de lire ce message sur hc en me levant. Ça m’a vraiment fait super plaisir, parce que La Fille Ordinaire c’est vraiment une fille que j’apprécie (en même temps, je vais pas suivre des blogs de connasses non plus).

Le bonheur, c’est de rigoler à chaque fois que je vois cette pub. Le mec en stress, avec la voix qui monte dans les aigus, c’est con, mais ça marche à tous les coups.

 

Jeudi :

Le bonheur, c’est de recevoir ma facture edf. Non que je sois en joie quand je reçois des factures, mais là, ils vont me rendre des sous alors youpi ! Et puis à quelques euros près, ça me rembourse le billet d’avion pour l’Irlande. En plus comme j’ai fait des économies, ils ont réévalué mon échéancier de l’année prochaine. C’est cool !

Le bonheur, c’est de lire vos participations au concours. Vous m’avez bien fait rire avec vos phrases. De ce qui ressort, je m’oriente donc vers plusieurs « petits » cadeaux et ça tombe bien, parce que j’ai plein d’idées…

 

Vendredi :

Le bonheur, c’est de faire une grosse sieste après le concours. En fait, même si je pensais y aller en touriste because j’ai pas trop eu le temps (et la motiv) de réviser depuis la rentrée, ben je me suis rendue compte que ça me stressait. Donc là, j’ai pu décompresser, ça m’a fait du bien.

Le bonheur, c’est un coup de fil du Padre pour savoir comment ça c’était passé. Ça m’a fait plaisir qu’il pense à moi. et puis ensuite on a discuté un peu, et beaucoup rigolé, alors c’était cool.

 

Samedi :

Le bonheur, c’est de passer la (presque) journée avec Cruella. Déjeuner au resto, rattraper le temps perdu et se raconter plein d’anecdotes, rigoler comme des bossues, chanter et danser devant des gens en terrasse, en avoir absolument rien à faire, se bidonner, faire un peu de shopping, dire plein de bêtises, piquer des fous-rires… Je te l’ai déjà dit, j’adore cette fille, on a les mêmes délires, on se comprend sans avoir à se parler, c’était trop trop bien !!

 

Dimanche :

Le bonheur, c’est un déjeuner de famille où j’avais pas trop envie d’aller et qui au final a été assez sympa.

Le bonheur, c’est un après midi cooconing, lovée dans le canapé, à mater Arrow. Je t’en avais parlé là, et je confirme, l’acteur est vraiment très très sexy. Ok, il ne sourit pas souvent, mais comme il est souvent torse nu, ça compense 🙂

 

 

Et toi, elle était belle ta semaine ?

 

7 jours de bonheurs en 2012 #47

18 Nov

Bien souvent on se dit qu’on sera heureux plus tard. Quand les choses iront mieux.

Mais le bonheur, c’est parfois maintenant, il suffit juste de le reconnaitre. Il  faut voir et apprécier les petits instants qui font que la vie est belle. Alors même si parfois ce sont de toutes petites choses, parfois insignifiantes, profitons-en tant qu’elles sont là…

 

Lundi :

Le bonheur, c’est de rester à la maison. Bon ok, c’est pas vraiment un bonheur, mais ça a fait du bien de me reposer. Je ne tenais pas debout, les jambes en coton, alors j’ai appelé le lycée pour dire que je ne viendrais pas, et j’ai dormi toute la journée.

 

Mardi :

Le bonheur, c’est d’écouter cette chanson sur le chemin du boulot. Je t’ai dit que j’avais retrouvé des chansons la semaine dernière, ben elle en fait partie.

Le bonheur, ce sont les élèves qui me demandent de déplacer des heures de cours, ce qui fait que je sors à 15h30 et que je peux rentrer me coucher faire une petite sieste de 3 heures. Youpi !

 

Mercredi :

Le bonheur, c’est de faire une grasse mat’. Je sais que j’ai l’air de la fille qui pense qu’à dormir, mais vraiment cette reprise a été très très dure. Là je me suis levée à (presque) midi, c’était chouette.

 

Jeudi :

Le bonheur, ce sont mes élèves (même les mecs) qui bavent devant mon vernis. Haha, je suis trop fière. En même temps, je
comprends, il est trop beau : il passe du vert au doré en passant par le bleu, le violet et le rose. Bon par contre, quand les filles ont voulu savoir où je l’avais acheté, je leur ai pas dit, faut pas déconner non plus. Mais à toi, je peux le dire, c’est le Ciao Milano de Enchanted Polish (et même que tu peux le trouver chez Pshiiit)

je kiffe ce vernis !!

Le bonheur, c’est un élève qui m’amène enfin mon gain du pari.

plus d’un mois que je l’attendais !

 

Vendredi :

Le bonheur, c’est de croiser Choupiprof. J’arrive en salle info, je dis un bonjour général, mais il continue à me regarder. Alors je lui dis bonjour à lui spécifiquement, et il me répond avec le sourire. C’est un peu chelou parce que je sais qu’il ne se passera rien, mais ça me donne le sourire.

 

Samedi :

Le bonheur, c’est de manger mes schokobons devant le match France-Argentine. Match de ouf, du suspense, de l’intensité, vraiment trop bien ! (et puis je crois que j’ai trouvé un nouveau chouchou) 🙂

voilà…

 

Dimanche :

Le bonheur, c’est la fin du déjeuner familial. Oui parce qu’au début, mes grands parents m’ont soulée. Alors quand ils sont partis, c’est devenu nettement plus calme, et j’ai pu discuter tranquillement avec mes parents.

Le bonheur, c’est de prendre mes billets d’avion pour aller voir l’Ainé en mars, juste après la naissance du/de la 2ème.

 

Et toi, elle était belle ta semaine ?

 

Et si tu veux encore plus de bonheurs, tu peux lire ceux de Thalie.

 

Je ne comprends plus rien

28 Sep

Note bien que je dis « plus rien » ce qui sous-entend que je comprenais avant. Ce qui n’était pas plus le cas mais bon.

 

Mais de quoi donc qu’est-ce que je vais parler ? De Choupiprof bien sur. Non mais quand même, que je te raconte ce qu’il a fait aujourd’hui.

 

J’étais tranquillement en salle des profs à travailler envoyer des textos, quand Choupiprof passe à côté de moi. Et là, il regarde ce que je fais, voit mes mains, et me dit « encore un ! Je l’avais pas vu celui-là » en désignant mon tatouage de doigt.

Alors je souris, lui fais une réponse bateau du genre que oui haha ou une connerie du style, mais en vrai de vrai, dans ma tête c’est plutôt :

♥     Soit il a Alzheimer et donc ne se rappelle plus qu’il m’a déjà fait une remarque sur ce tatouage. Non parce que bon, ok j’ai plusieurs tatouages, mais j’en n’ai pas des millions non plus. On en fait vite le tour.

♥     Soit j’ai imaginé qu’il m’en avait déjà parlé.

♥     Soit il est con, tout simplement (mais ça je peux pas le croire)

♥     Soit c’était juste un prétexte pour pouvoir me parler, genre il est trop love de moi mais trop timide pour flirter. Et trop marié aussi.

 

Voilà, je comprends plus trop là.

Si jamais tu t’ennuies, ou si je te fais pitié, ou si tu veux simplement m’aider, tu peux prendre quelques secondes pour me donner ton avis.

 

Choupiprof – semaine 3

22 Sep

Je t’avoue qu’à un moment, j’ai envisagé d’en faire une série, genre un peu les feux de l’amour. À mon avis, y avait du potentiel. En plus, je suis sûre qu’on aurait été vachement plus glamour et sexy que Nikki et Victor Newman. Non mais c’est vrai, si tu regardes la série (ce qui n’est pas mon cas, je le précise) depuis 30 ans qu’elle existe, je suis sûre qu’au final il se passe pas grand-chose. Donc pourquoi pas faire la même chose, mais avec une petite touche frenchy ?

moi tant que j’ai droit au même brushing, ça me va !

 

Plus sérieusement, je pourrais te raconter que mardi midi, il s’est gentiment foutu de ma gueule quand la machine a décidé de me servir mon thé avant de me donner le gobelet. Parce que bien sur, je suis la seule à qui c’est arrivé. Et que j’avais l’air un peu couillon aussi.

Je pourrais te dire qu’à la pause de 15h30, il est venu me voir pour me demander de rediriger ses élèves, ce à quoi j’ai répondu « oui… heu ok… heu… je… vous… ». Donc il en a profiter pour se marrer, et me dire que je pouvais le tutoyer. Ce que je fais déjà, mais là, j’avais un peu le cerveau déconnecté et donc certains soucis à construire une phrase.

Je pourrais te dire que jeudi, on a enfin déjeuné à la même table, et qu’on a fait des blagues sur un prof du lycée qui nous demande de l’appeler monsieur et de le vouvoyer. Et qu’il en a profité pour me rappeler la blague du mardi soir.

Je pourrais te raconter que vendredi on est arrivé en même temps au parking, mais qu’il m’a confondue avec une autre prof. Et que oui, c’est un peu la loose.

Je pourrais te dire qu’ensuite, il parlait informatique avec une collègue, et qu’il lui a dit qu’il avait fait je sais plus quoi sur l’ordinateur de sa femme.

 

Alors je ne vais pas te mentir, oui j’ai eu un petit pincement au cœur quand il a dit ça. Mais bon, c’est pas comme si c’était une très grosse surprise. Depuis 10 jours, depuis qu’il avait parlé de ses filles, je me doutais bien que c’était fort compromis. Voire complètement irréalisable.

 

J’ai la confirmation que c’est mort, que ça ne se fera pas, mais je ne regrette pas.

Parce que je me suis rendue compte d’un truc, nettement plus important à mes yeux. Ça fait maintenant trois ans et demi que je suis célibataire, et concrètement, depuis tout ce temps, je ne me rappelle pas avoir ressenti ça. et ça fait du bien de se dire qu’on n’est pas complètement morte dans le dedans.

Ma dernière histoire m’avait laissé au fond du trou, complètement dévastée, et j’ai mis énormément de temps à m’en remettre. Par la suite, je me suis ultra protégée, pour ne pas revivre ça.

Et là, c’est un peu comme si je revenais à la vie. Comme j’avais dit, je redécouvrais le fait de me sentir niaise, de vouloir faire des efforts, de vouloir ne pas me planter. Et pas juste, je suis comme ça et pas autrement, si ça te plait pas tant pis.

Ça va peut-être te paraitre niais, mais je sais que quand je vais le recroiser, je vais sourire, parce que dans ma tête, je me dirais que c’est un peu comme s’il m’avait réparée. Lui bien sur n’en saura rien, je serais juste une collègue comme une autre, mais pour moi, il aura fait beaucoup plus.

 

Choupiprof – Semaine 2

17 Sep

Je te connais petite coquine, t’as envie de savoir s’il y a eu du nouveau avec Choupiprof. Que s’est-il passé à côté de la photocopieuse ? Y a-t’il eu des regards à côté de la machine à café ? M’a-t’il sauvé en m’ouvrant la salle B102 ? Je t’épargne le suspense, rien de tout ça.

 

Alors je réécris pas le début de semaine, tu peux le lire ici si tu ne t’en rappelles pas.

Jeudi matin donc, je dois dire que je vais au lycée avec le moral en berne. Oui, l’histoire de ses filles, et donc de la potentielle maman qui va avec, ça m’a un peu déprimée. On va dire que je me suis fait une raison. Pour moi, la maman est dans le tableau. Si elle y est vraiment, ben je m’y serais préparée, et si elle n’est plus là, c’est tout bénéf ! Dans ce genre de cas, je préfère me préparer au pire, comme ça je suis pas déçue.

C’est donc dans cet état d’esprit que je vais bosser. J’arrive dans le parking des profs, et je vois un truc par terre. Je m’approche pour le ramasser. C’est un portefeuille. J’ l’ouvre, et évidemment, c’est le sien. Genre sur tous les profs qu’il y a, il fallait que ce soit lui qui fasse tomber un truc, et moi qui le ramasse. Signe du destin ? Gros foutage de gueule cosmique ? Je sais pas trop…

Alors là, tu vois ce que j’ai écris le paragraphe au dessus ? ben y a plus rien ! envolé ! tout ce que je vois, c’est que ça va me faire un prétexte pour discuter avec lui. J’arrive en salle des profs toute guillerette, et je me calme aussi vite parce qu’il n’est pas là. Merde ! moi qui voulais passer pour la sauveuse, c’est raté. Je mets donc son portefeuille dans son casier et je pars en salle info. Et là qui arrive ? Choupiprof bien sur !

Je lui annonce donc que je lui ai mis un cadeau dans son casier. Ça a fait son effet, parce qu’il était quand même assez surpris. Il revient me remercier, et je lui fais remarquer que je suis doublement gentille, parce que 1/ je lui ai rendu et 2/ je me suis même pas servi des cartes de crédit. Il rigole et il ajoute que j’ai vraiment été sympa parce que j’aurais pu aussi revendre ses papiers. Ouais, on a des discussions assez romantiques…

Alors je sais ce que certaines vont me dire, à me demander si j’ai pas regardé dedans pour chercher des infos, mais non, j’ai pas osé. Honnêtement, c’est pas l’envie qui me manquait, mais ça se fait pas trop quand même.

Par contre, j’ai pas compris parce que le midi, on part à la cantine à plusieurs collègues et il nous rejoint un peu après. Et là, il y avait une place juste à côté de moi, et non, monsieur va s’assoir à la table d’à côté, tout seul. Je pue ou bien ?

 

Vendredi midi, après avoir déjeuné, je vais en salle info. Concrètement j’ai pas grand-chose à y faire, mais il y est (quand je te disais que je me comportais comme une vraie petite collégienne). Alors je trouve 2-3 trucs pourris à imprimer, et j’en profite pour faire le point avec une collègue sur une classe qu’on a en commun. Je lui raconte que les élèves m’ont reproché de trop travailler (ils avaient écrit 6 phrases en 1 heure les pauvres petits) et de ne jamais sourire. Ouais t’as bien lu. Ces petits branleurs Ils m’ont dit que je devrais sourire plus quand je fais cours. Comme si c’était facile de sourire quand on passe son temps à faire la police. Donc je raconte ça et on en rigole avec la collègue. Que vraiment je suis pas sympa avec les élèves. À ce moment là, Choupiprof qui était sur un poste dos à nous, se retourne, me regarde et sourit « déjà que t’es une voleuse de portefeuille ! ». Là on se chambre gentiment, on plaisante devant la collègue qui comprend pas tout.

 

Donc voilà les news.

Je sais toujours pas quoi penser. Je n’ai pas l’impression qu’il soit comme ça avec les autres, mais est-ce que je vois ce que j’ai envie de voir, ou c’est la vérité ?

Je m’étais dit que cette semaine, j’allais enquêter pour savoir ce qu’il en était, si y avait la maman dans le tableau ou pas. Et évidemment, je l’ai pas croisé du tout aujourd’hui.

 

Wait and see…