Tag Archives: Chef oui chef

Le Premier de la classe

14 Nov

Lors de mon escapade parisienne du weekend dernier, j’ai profité de quelques moments de liberté pour me promener. Mes pieds m’ont ramenée dans des coins connus, et notamment mon ancien lieu de stage. Et me retrouvant dans cette rue, plein de souvenirs me sont revenus en tête : les autres stagiaires qui sont devenues des copines, l’incompétence hallucinante de ma chef, les collègues sympas, la fête de fin d’année… et le Premier de la classe.

ouais j’avoue, j’ai complètement craqué sur lui..

 

Le Premier de la classe, c’était un mec avec qui une de mes copines stagiaires (qui était dans le même bureau que moi) travaillait. Enfin, quand je dis un mec, il était au même niveau que notre N+3, ils bossaient souvent ensemble. Et donc ça lui arrivait régulièrement de passer dans le bureau. Et nous à chaque fois, on en profitait pour mater. Ben oui, parce qu’il était vraiment bien : grand brun, la voix grave et beaucoup de classe. Point négatif : il a l’air assez déconnecté de la réalité, il ne pense/vit que pour le boulot. Gentil et tout, mais un peu autiste en somme. Très premier de la classe quoi.

en vrai, il ressemblait plus à ça.

 

Quand on le croisait, on se disait bonjour, mais jamais rien de plus. Et avec les copines, on fantasmait un peu beaucoup.

Jusqu’au jour où j’ai assisté à une réunion où il participait aussi. Le hasard a fait qu’on s’est retrouvé assis à côté, et que ce jour là j’étais en jupe. Et bien je peux te dire qu’il était bien plus intéressé par mes jambes que par ce qui se disait. En même temps je peux le comprendre, j’ai des jambes de rêve la réunion était vraiment merdique.

C’est là que j’ai pris une grande décision, j’ai décidé de le contacter. Tu vois, là on était lundi, et j’ai passé toute ma soirée à tenter de rédiger le brouillon d’un mail à lui envoyer. Ben oui, j’avais pas son numéro, et je me voyais pas l’inviter devant les collègue. Donc le mail était la seule solution (avec le recul, c’était quand même un mail bien pourri) .

Le lendemain, je montre ma prose aux copines, afin qu’elles valident ou pas. On en rediscute le midi et en rentrant de la pause déjeuner, je fais les dernières modifications et à 14h je lui envoie. Évidemment, à la seconde où j’ai cliqué sur envoyer, j’ai alterné entre « mais bordel qu’est-ce que je viens de faire là ? » et autres « je veux mourir !! ». Parce que quand même, je venais de lui envoyer un mail où en gros, je lui expliquais qu’il me plait et que j’aimerais bien qu’on aille boire un verre ensemble.

14h05, mail des copines pour savoir s’il a répondu. C’est bien, ça me donne du stress en plus.

14h10, 14h15, toujours rien.

14h30.

15h. toujours rien. Et toujours les copines qui m’envoient des mails pour savoir si j’ai des nouvelles. Je les adore, mais je les maudis aussi un peu, parce qu’à chaque fois que je reçois un mail, j’espère que c’est lui. Donc chaque fois, elles me donnent de faux espoirs. Merci les copines.

16h.

17h.

18h. toujours rien. C’est donc ce jour que choisi ma chef pour être sympa. D’habitude elle fait sa pute à nous donner des trucs à faire 2 minutes avant la fin, mais pas ce jour là. Là elle nous dit que c’est bon les filles on peut y aller. Le seul soir où ça ne m’aurait vraiment pas déranger de rester plus longtemps.

Échange de regard avec ma copine, elle me fait un signe genre rafraichit ta page une dernier fois avant de partir. Je n’y crois plus mais je le fais (comme quoi j’y crois encore en fait).

C’est là que je le vois. Le mail du Premier de la classe. Il m’a répondu. Sauf que je suis un peu conne, j’ose pas lire sa réponse. Mais comme c’est aussi l’heure de partir, je prends sur moi. Alors je prends une grande inspiration, et j’ouvre son message. Trois mots : « oui avec plaisir ». Ça veut dire qu’il est ok pour aller boire un verre avec moi !!!!

Je lève la tête, et je vois que ma copine m’interroge du regard. On sait se tenir, on a attendu d’être dehors pour être hystérique !!

 

Le lendemain en arrivant au boulot, je réponds au Premier de la classe, et le rendez vous est pris pour le vendredi, un verre en sortant du boulot.

Ça me laisse 3 jours pour réfléchir à ce que je vais pouvoir mettre !

 

Et là, comme je suis une grosse connasse (et que l’histoire et longue) (en vrai non mais je fais durer), je vais te laisser sur ce suspense haletant et te dire que t’auras la suite bientôt.

 

L’Atelier des Chefs

23 Avr

Il y a 15 jours, la Reine Mère m’a proposé d’aller à l’Atelier des Chefs. On l’avait déjà fait une fois il y a presque 2 ans. On était 4 inscrits, les 2 autres se sont désistés donc on s’était retrouvées toutes les 2 avec le chef. Ça avait été génial, j’en garde un super souvenir.

Donc quand elle m’a proposé d’y retourner, j’ai dit oui de suite. On a donc regardé le site pour choisir ce qu’on voulait faire, et on a choisi la formule déjeuner, le cours de 30min où tu prépares ce que tu vas manger ensuite. Pour nous ce sera filet de canette sauce soja/vinaigre balsamique et pois gourmand. Rien que d’imaginer, j’avais déjà l’eau à la bouche.

 

Le jour du cours arrive, on se retrouve donc à l’atelier.

2 vendeuses/hôtesses nous accueillent, prennent notre vestiaire et nous invitent à aller nous laver les mains avant de commencer. Avant de rentrer dans la cuisine, on nous distribue de mââââgnifiques tabliers en plastique. On a un peu l’air de poissonnier comme ça, mais au moins, on est sûrs de pas se salir.

Aujourd’hui, le cours est pratiquement plein, on est une vingtaine. La Reine Mère et moi partageons donc notre plan de travail avec deux dames, qui ont l’air discrètes mais sympas. À une autre table, un groupe de 6 potes, qu’on entend déjà se marrer. Le reste, ce sont des couples ou des ami(e )s, venus eux aussi passer un bon moment.

 

Le chef arrive, la petite trentaine, queue de cheval, boucle d’oreille, je sens que ça va être rock’n roll. Effectivement, il dépote. C’est plus Cyril Lignac que Maïté.

Il nous explique ce qu’on va cuisiner, il nous montre comment faire, et lorsque c’est à notre tour, il passe à chaque table, avec un mot pour chacun. En plus il est cool parce que même quand on se rate, il dit rien. Ou alors il rigole, il se moque gentiment. Ça c’est du cours de cuisine comme j’aime !

Pour la cuisson, c’est la même chose. Il nous explique, on reproduit. Là encore, il nous donne des petits trucs, des astuces qu’on puisse réutiliser chez nous. Et quand on a fini, on dresse nos assiettes, on peut même les décorer si on veut.

 

Voilà, c’est prêt, on peut maintenant passer dans la salle d’à côté, où une grande table nous attend, préparée pour tous les participants. On prend donc nos assiettes, on s’installe, et on mange avec les autres cuisiniers du jour. C’est l’occasion de comparer nos décos, la cuisson des mets, et les conversations dérivent ensuite. C’est rigolo parce qu’on parle avec de parfaits inconnus très simplement, alors que dans un resto normal, on n’aurait jamais parlé à la table d’à côté. Alors que là, tout le monde discute ensemble, il n’y a pas de barrière de groupe, c’est plutôt rigolo.

 

Encore une fois, j’ai aimé l’expérience, et je pense que j’y retournerais. Peut-être même que j’attendrais pas 2 ans pour ça.