Tag Archives: bisou

Le collègue marié, la suite

11 Fév

Bon, le début tu connais.

Un collègue marié, un bisou vendredi, un gros torturage de cerveau ce weekend.

 

Lundi, je retourne au lycée, mais il est pas là. C’est normal, il est dans un autre établissement.

L’Univers ayant décidé que je n’étais pas suffisamment perdue comme ça, un autre collègue (que nous appellerons le Pompier) qui me dragouillait vaguement depuis 15 jours en profite pour me demander mon numéro. Le midi il vient me voir et on discute, on se chambre gentiment, mais je t’avoue que moi, je ne pense qu’à l’autre.

 

Et puis ce matin, retour au boulot où je sais que je vais le revoir.

Comme dit Isa, avec forcément des papillons dans le ventre. Je ne sais pas à quoi m’attendre de sa part, ça me stresse énormément.

Au 1er regard, je comprends qu’on reprend là où on s’est arrêté vendredi. On parle boulot, mais avec toujours plein de sous entendus. On est dans notre bulle, même au milieu des collègues. Sincèrement c’est électrique. J’ai la sensation que dès qu’on va se retrouver tous les 2 seuls, on va se sauter dessus.

C’est le moment que choisi le Pompier pour venir s’incruster, et venir aux nouvelles. Tu te doutes que le collègue marié n’a rien loupé de cette tentative d’approche, et ne s’est pas gêné pour me faire une petite réflexion là-dessus quelques minutes après.

 

Idem à midi, où on trouve un prétexte pour se retrouver. On plie le boulot en 3 minutes, mais on reste ensemble, à se lancer des regards équivoques. On parle à demi-mots, mais on reste discrets à cause des collègues.

 

Cet après midi, on est enfin tous les 2.

Enfin, on peut parler, se dire ce qu’on a sur le cœur.

Il m’explique que je l’ai bien perturbé, qu’il s’est posé plein de questions ce weekend. Sur moi, sur lui. Ça le fait se remettre en question, parce qu’il ne veut pas de ça pour son fils. Il m’explique ce que j’avais deviné, que sa vie de couple est tendue, mais sa priorité c’est son enfant. Que le plus raisonnable, c’est de s’arrêter, ça aurait été de ne même pas commencer. Mais que pourtant il a envie de m’embrasser encore. La seule raison pour laquelle il ne le fait pas, c’est parce qu’il est malade et qu’il ne veut pas me donner ses microbes.

 

De mon côté, je lui dis ce que j’ai raconté ici.

Que ça m’a retourné aussi, que je me suis remise en question aussi, que c’est pas bien mais que c’était trop bien. Que je veux pas m’immiscer dans son couple, mais que j’ai trop envie de recommencer aussi. Que je veux pas passer pour la grosse salope, donc je ne ferai pas le 1er pas, mais que s’il veut m’embrasser, je suis plutôt d’accord.

 

On en arrive donc à la conclusion qu’il y a une grosse lutte entre l’esprit et le cœur. Ce qu’on devrait raisonnablement faire, et ce qu’on meurt d’envie de faire. On a fait le tour du sujet, on s’est dit tout ce qu’on avant à dire, et pourtant aucun de nous ne bouge, on ne veut pas se séparer. Alors il me prend la main, et me serre dans ses bras. C’est juste un câlin, mais bien, tout doux, trop mignon…

 

Voilà où j’en suis. Pas plus avancée, mais avec un poids en moins, parce qu’au moins maintenant je sais ce qu’il pense. Maintenant, c’est wait and see…

 

busy-mind

Le baiser surprise

9 Fév

Il s’en passe des choses au lycée, tu peux pas imaginer !! Même moi j’ai rien vu venir, c’est pour te dire.

 

J’ai un collègue que je vois assez souvent, parce qu’on a une classe en commun. Comme il y a pas mal d’élèves qui posent problème, on fait souvent un point pour se tenir au courant. Il est super sympa, on a un peu le même humour foireux donc on rigole souvent. Mais rien de plus. Avec un 3ème collègue, on se fait des blagues avec quelques sous entendus sexuels, mais c’est vraiment pour la rigolade, y a jamais rien eu de sérieux. L’Italien m’avait dit qu’il avait une copine, donc pour moi, il était passé directement dans la case « pas touche ».

 

Cette fin de semaine, on a passé 2 jours à interroger nos élèves à l’oral. De 8h à 17h30, assis côte à côte à écouter les élèves débiter conneries sur conneries. Forcément, entre 2 élèves, on se marre, on se vanne et on continue comme d’habitude, avec quelques plaisanteries ambigües. Ce qui ne l’empêche pas de me parler de son fils, et même de me montrer une photo.

Vendredi matin on se retrouve, et on continue sur la lancée de la veille : blagues, petites attentions l’un envers l’autres, chambrage, il me remet mon col de veste, rigolades, vannes. A un moment il me fait une réflexion qui me fait tiquer. Je me rappelle très bien m’être demandé s’il n’allait pas m’embrasser avant la fin de la journée. Idée chassée de suite, parce que c’était impossible. Non, il a une chérie et un gamin, j’ai du mal comprendre.

 

L’après midi on retourne dans notre salle s’installer, préparer les documents avant l’arrivée des candidats. On discute de tout et de rien, il me remet encore une fois le col de ma veste et en profite pour m’attirer vers lui, et m’embrasse. Là, gros CHOC !! je sais que ça peut paraitre bizarre, parce que le matin même je m’étais posée la question, mais sincèrement, j’étais persuadée qu’il ne se passerait bien.

On rigole comme 2 collégiens, on en parle vite fait et l’après midi continue. Il n’y a pas de gêne, on continue à se marrer, tout va bien.

 

Sauf que depuis que je suis rentrée chez moi, j’ai la tête à l’envers ! 2 jours que j’y pense non stop, 2 nuits à rêver de lui et à mal dormir ! et pourtant, j’ai beau ressasser tout ça, je ne sais toujours pas quoi en penser.

Ça me soule, parce que ce baiser m’a fait réaliser que j’en avais envie en fait. J’aime bien ce collègue. J’en parlais à une copine l’autre jour, je lui disais que j’avais 2 collègues qui auraient plus me plaire s’ils avaient été célib, et il en faisait partie. Mais c’est tout. Comme je savais qu’il était pris, c’était chasse gardée. J’ai pas envie de foutre la merde dans un couple. Mais depuis vendredi, depuis que j’y réfléchis, je me rends compte qu’il attire énormément, c’est vraiment le genre de mec que j’adore. Drôle, intelligent, et plutôt pas mal physiquement.

Et ce qui n’aide pas, c’est que ce bisou était une pure tuerie. Doux, naturel mais super intense. Comparé aux derniers, ça change ! Et c’est chiant, parce que maintenant, je ne pense plus qu’à recommencer…

 

645329858_14130378

 

L’art du baiser

10 Déc

baiser

 

Oui petite cochonne, j’ai bien dit « du ». Et pas « de ».

 

Non parce que je sais bien, ça fait longtemps que j’avais pas eu de copains, tout ça, mais bon, embrasser, c’est un peu comme le vélo, ça s’oublie pas. (Je sais, ça n’a pas beaucoup de rapport, mais j’avais envie de caser cette expression ma foi fort sympathique. Et un peu à propos aussi)

Le tout premier bisou à un garçon, forcément t’angoisse un peu. Comment ça se passe ? De quel coté je penche la tête ? Dans quel sens il faut tourner ? Bon et puis après on apprend, et même si c’est jamais pareil, ça se ressemble quand même un peu.

 

Bref, tout ça pour dire que ce soit Bruce Wayne ou l’Italien, coté roulage de pelle c’était pas ça.

Bruce, j’avais l’impression qu’il prenait une grande respiration, et il tournait sa langue aussi vite que possible, le plus longtemps possible. Genre j’embrasse ma machine à laver, en mode essorage. Outre le fait que je ne suis pas championne d’apnée, je peux t’assurer que ça n’a rien d’agréable.

L’italien lui, j’avais plutôt l’impression qu’il donnait de grands coups de langues, comme s’il voulait vérifier que j’avais toujours mes amygdales. Alors qu’il aurait pu simplement demander, je lui aurais dit que je les avais encore.

En plus, il faisait trop de bruit. Même pour un petit smack de rien de tout, il faisait un énorme bruit de succion. Je pense que toute personne dans un rayon de 10km savait qu’on s’embrasser à ce moment. Glamour à souhait !!

 

Même si je sais que le baiser n’est pas une science exacte, qu’il en faut pour tous les gouts, c’est quoi cet envahissement de mon espace buccal ? elle est où la douceur ?

On est d’accord que ça peut pas être romantique tout le temps, que justement c’est le prélude à plus, mais bon, faut pas déconner. Moi ça m’excite pas énormément quand je peux pas respirer.

 

N’empeche que ça parait anodin, mais c’est important. Tu fais comment quand ton chéri veut t’embrasser, et que toi tu sais que tu vas pas apprécier ?

Alors tu vas me dire, je peux leur apprendre. Ça m’est arrivé mais bon, ce sont des ex maintenant, donc ce n’est plus moi qui en profite. S’ils savaient faire dès le début, ça serait pas mal aussi…

 

 

 

Ps : 3 articles en 3 jours, je crois que j’ai rempli mon quota de l’année là ! ^^

Le premier de la classe – part 2

15 Nov

(le début de l’histoire, c’est là)

 

le Premier de la classe, il a tout bien compris au principe du friday wear…

Vendredi, l’heure d’être en weekend. Mais surtout, l’heure de partir boire un verre avec le Premier de la classe. Je suis gonflée à bloc. Normal, ça fait trois jours que je trépigne d’impatience. Et au cas où ça n’aurait pas suffit, les copines m’ont encouragée, briefée, coachée toute la journée.

J’arrive au lieu de rendez-vous, il est déjà là. Lorsque je le vois, j’ai une seconde d’hésitation, à me demander si je fais pas une énorme connerie. Et puis je le rejoins. Tu crois quoi ? je me suis pas fait chier à lui envoyer un mail pour rien.

Au début, on est maladroits, timides. On parle un peu du boulot, des collègues, et puis on fait petit à petit connaissance, on discute, on commente les gens qui passent, on profite du moment. Une fois nos verres finis, on part se balader. On profite du soleil, on flâne, on discute, on rigole même ! de vrais petits fous ! et moi je suis totalement subjuguée.

Et puis arrive l’heure de rentrer. On n’en a pas vraiment envie, mais étant timides tous les deux (oui à l’époque j’étais timide), on n’ose pas le dire. Alors on décide de se revoir le lendemain.

Et c’est LE moment. Celui où il faut se dire au revoir. L’émotion est palpable, on hésite. On s’embrasse ou pas ?

ce suspense de ouf !!!!

Et puis non, ce soir là on se fera juste la bise. (ouais, tout ça pour ça)

 

Le lendemain on se retrouve dans l’après midi pour aller au ciné. On est à Odéon, on discute pour savoir quel film on va aller voir. On opte pour un pauvre film italien de merde, en VO sous titré en plus, parce qu’il en a lu une bonne critique dans le Monde. Alors là je vais faire ma connasse, mais j’ai tiqué quand il a dit ça. Ouais moi quand je veux des idées de films et des critiques, je vais sur allociné. Le truc classique quoi. En fait, quand j’ai vu que ses références c’était le Monde, je me rappelle que je me suis dit que même pour ses sorties, il n’était pas hyper fun.  Premier de la classe quoi. Enfin bref, je mens et je dis que ça a l’air pas mal tout ça. Qu’est-ce qu’on ferait pas pour un homme… non mais surtout je n’allais pas râler tout de suite, je te rappelle que j’essayais quand même de l’impressionner. En tout cas, ça me fait plaisir de te dire que j’avais raison, le film était bien une grosse daube hyper déprimante (lui avait trouvé ça pas mal).

Mais cela ne nous arrête pas, et on enchaine par un diner. On étudie les restaurants et il me laisse choisir celui qui fait mon dessert préféré. Oh, il est chou ! bon et puis ça rattrape le film.

Le diner se passe, on continue à faire connaissance. Ça devient plus personnel, on parle de nous, de nos familles, de notre enfance, de nos projets, de nos voyages… c’est très sympa, il est intéressant, mais contrairement à la veille, la magie ne prend pas.

je ne comprends pas, j’avais pourtant mis ma plus belle robe !

 

Pourtant sur le papier, il a tout du gendre idéal : il est beau gosse, prévenant, il a fait de bonnes études, il a une bonne situation, il est poli, respectueux. Mais justement, pour moi il est peut-être un peu trop parfait. Il manque un petit quelque chose, un petit grain de folie là-dedans. Surement pas assez bad boy à mon goût.

On a passé un bon moment, mais on a compris que ça ne se fera pas, on est bien trop différent. Lui est bien trop sage, et moi, je dois passer pour une folle à ses yeux…

 

 

Là tu vas me détester, parce que tu crois que c’est fini, mais en fait non. Et la suite, tu l’auras demain. Mouaahahahaha !! (mais comme je suis sympa un peu pute mais pas trop, je vais la programmer pour demain matin) (mais j’ai hyper honte, parce que ça fait un suspense de dingue alors qu’elle est toute pourrie mon histoire)