Tag Archives: au secours je suis totalement paumée !

Le baiser surprise

9 Fév

Il s’en passe des choses au lycée, tu peux pas imaginer !! Même moi j’ai rien vu venir, c’est pour te dire.

 

J’ai un collègue que je vois assez souvent, parce qu’on a une classe en commun. Comme il y a pas mal d’élèves qui posent problème, on fait souvent un point pour se tenir au courant. Il est super sympa, on a un peu le même humour foireux donc on rigole souvent. Mais rien de plus. Avec un 3ème collègue, on se fait des blagues avec quelques sous entendus sexuels, mais c’est vraiment pour la rigolade, y a jamais rien eu de sérieux. L’Italien m’avait dit qu’il avait une copine, donc pour moi, il était passé directement dans la case « pas touche ».

 

Cette fin de semaine, on a passé 2 jours à interroger nos élèves à l’oral. De 8h à 17h30, assis côte à côte à écouter les élèves débiter conneries sur conneries. Forcément, entre 2 élèves, on se marre, on se vanne et on continue comme d’habitude, avec quelques plaisanteries ambigües. Ce qui ne l’empêche pas de me parler de son fils, et même de me montrer une photo.

Vendredi matin on se retrouve, et on continue sur la lancée de la veille : blagues, petites attentions l’un envers l’autres, chambrage, il me remet mon col de veste, rigolades, vannes. A un moment il me fait une réflexion qui me fait tiquer. Je me rappelle très bien m’être demandé s’il n’allait pas m’embrasser avant la fin de la journée. Idée chassée de suite, parce que c’était impossible. Non, il a une chérie et un gamin, j’ai du mal comprendre.

 

L’après midi on retourne dans notre salle s’installer, préparer les documents avant l’arrivée des candidats. On discute de tout et de rien, il me remet encore une fois le col de ma veste et en profite pour m’attirer vers lui, et m’embrasse. Là, gros CHOC !! je sais que ça peut paraitre bizarre, parce que le matin même je m’étais posée la question, mais sincèrement, j’étais persuadée qu’il ne se passerait bien.

On rigole comme 2 collégiens, on en parle vite fait et l’après midi continue. Il n’y a pas de gêne, on continue à se marrer, tout va bien.

 

Sauf que depuis que je suis rentrée chez moi, j’ai la tête à l’envers ! 2 jours que j’y pense non stop, 2 nuits à rêver de lui et à mal dormir ! et pourtant, j’ai beau ressasser tout ça, je ne sais toujours pas quoi en penser.

Ça me soule, parce que ce baiser m’a fait réaliser que j’en avais envie en fait. J’aime bien ce collègue. J’en parlais à une copine l’autre jour, je lui disais que j’avais 2 collègues qui auraient plus me plaire s’ils avaient été célib, et il en faisait partie. Mais c’est tout. Comme je savais qu’il était pris, c’était chasse gardée. J’ai pas envie de foutre la merde dans un couple. Mais depuis vendredi, depuis que j’y réfléchis, je me rends compte qu’il attire énormément, c’est vraiment le genre de mec que j’adore. Drôle, intelligent, et plutôt pas mal physiquement.

Et ce qui n’aide pas, c’est que ce bisou était une pure tuerie. Doux, naturel mais super intense. Comparé aux derniers, ça change ! Et c’est chiant, parce que maintenant, je ne pense plus qu’à recommencer…

 

645329858_14130378

 

La fille qui ne sait pas ce qu’elle veut

9 Déc

Hier j’ai mentionné l’Italien, mais il faut que je t’en parle un peu plus.

 

L’Italien, c’est un collègue. Il se trouve que depuis le retour des vacances de toussaint, il y avait chambrage, rigolade, une sorte de léger flirt entre nous. Et forcément ce qui devait arriver arriva, il y a eu rencard puis bisous (oui, ceux avec la langue)(je sais, je suis trop une folle).

 

On s’est vu une petite semaine, puis je suis partie en weekend à paris. C’est le samedi soir en me couchant que j’ai réalisé qu’on ne s’était pas contacté de la journée, et même pire, je n’avais pas pensé à lui une seule seconde. Oh oh, mauvais signe…

Le dimanche soir je rentre chez moi, avec une belle crève et une superbe extinction de voix. Parfait prétexte pour ne pas l’appeler, et pour le repousser. Je préfère être chez moi tranquille à me soigner. Lui me propose de prendre soin de moi, de passer m’amener des medocs. Je n’en ai absolument pas envie, je veux pas particulièrement le voir.

 

Après quelques jours où j’ai été super lâche, à préférer l’éviter plutôt que de l’affronter, c’est la rupture. Je reconnais qu’au moment où on s’est vu, je n’allais pas super bien, donc je n’ai pas trop la tête à une relation, et puis aussi, je suis mal à l’aise avec lui dans l’intimité. Je l’aime beaucoup, mais ça s’arrête là.

 

Forcément je suis une fille, alors je réfléchis à la situation, j’analyse un peu tout ça.

La vérité, c’est que je crois que ce sont des prétextes. Souvent je râle que je ne rencontre pas de mecs biens, que je tombe que sur des tocards mais c’est pas vrai. Des mecs biens j’en ai rencontré. Le problème, c’est que je cherche toujours des fausses excuses pour pas que ça marche.

Là encore, j’ai fuis. Il était sérieux, il savait ce qu’il voulait. Et c’était moi. Pour une fois que je tombe sur quelqu’un qui s’intéresse à moi, à qui je suis vraiment, et qui cherche pas simplement à me sauter, ben ça me fait flipper.

Ça m’encourage pas vraiment pour la suite, parce que je me rends compte que je suis totalement incapable de m’ouvrir, de me laisser approcher. Donc ça sert un peu à rien de fanfaronner que j’ai muri, que je sais ce que je veux, que je suis prête pour l’amour tout ça, alors qu’en fait, pas du tout.

 

Je suis dans la merde…

 

Je ne sais pas… Je ne sais plus

2 Avr

Il y a un truc dont je ne t’ai pas parlé à propos du collège.

Il y a un homme, un assistant.

J’ai bien compris que je lui plaisais. Il a toujours un mot gentil pour moi, il sait que ça se passe pas toujours bien avec mes classes, donc il vient me remonter le moral de temps en temps. Et puis comme ça, ça lui permet de venir s’incruster et de discuter.

Le pb, c’est que je sais pas s’il me plait, ou si j’apprécie juste son attention. Ça fait une éternité que je n’ai pas intéressé quelqu’un, donc je me sens flattée.

Et aujourd’hui, alors qu’on discutait tranquillement pendant la pause, il m’a proposé qu’on aille boire un verre un de ces jours. je vais être honnête, je m’y attendais un peu, mais il n’empêche que je me suis retrouvée un peu con parce que je savais pas trop quoi répondre.

 

C’est là que je me rends compte que je suis complètement paumée. Il me semble que déjà en temps normal, les relations de couple c’est pas évident, mais là, ça devient du chinois pour moi. Le problème, c’est que j’ai l’impression que je sais plus, je sais plus faire, et surtout je ne me fais plus confiance.

Je remarque que je lui cherche déjà des petits défauts, histoire de me convaincre que c’est pas une bonne idée. Est-ce que ça veut dire qu’il me plait pas ? Au fond, je crois surtout que c’est un prétexte pour rien tenter, comme ça je suis sûre de pas être déçue et de ne pas souffrir.

Et puis il y a aussi le côté « no zob in job », l’histoire avec un collègue qui n’est absolument pas une bonne idée. Du tout. A mon avis c’est aller au devant d’emmerdes, et je me dis que j’en n’ai pas particulièrement besoin. En même temps, je crois qu’on fait déjà un peu jaser, alors au point où on en est…

 

Je réalise que mon célibat me pèse, je dis que j’aimerais bien un chéri et tout, mais en même temps, je freine au maximum quand l’occasion se présente.

J’ai l’impression d’être totalement à coté de la plaque. Et puis surtout je m’énerve moi-même. Je sais que je me protège, parce que j’ai énormément souffert la dernière fois. Mais je suis pas la seule dans ce cas. Alors pourquoi les autres arrivent à tourner la page, à repartir vers l’avant et pas moi ?

Je risque quoi à tenter le coup ? je sais que c’est un mec bien, respectueux, il est plutôt mignon et il a pas l’air con. Il me semble que c’est déjà pas mal non ? Et puis même si ça marche pas, rien ne dit qu’il va me briser le cœur et le piétiner.

Ça me soule parce que même si en général j’essaie de voir le positif dans ma vie, j’y arrive plus quand ça concerne l’amour. Comme si c’était forcément voué à l’échec.

 

Voilà. C’est totalement décousu, à l’image de ce qui peut se passer dans ma petite tête en ce moment. J’espère que je t’ai pas perdue en route. Et même que si t’as des conseils, je prends !