Archive | Ordinary life RSS feed for this section

2 ans

11 Avr

2 ans que tu es parti.

2 ans et pas un jour sans penser à toi.

 

On pourrait croire que je me suis faite à l’idée mais non, je n’y crois toujours pas.

J’ai toujours l’impression que je t’ai vu il n’y a pas longtemps, la semaine dernière peut-être.

Quand je vais voir tes parents, j’ai toujours la sensation que tu vas sortir de ta chambre, un sourire sur les lèvres. Qu’on va discuter des derniers films et séries qu’on a vu, et tu vas me demander de te refaire des gâteaux.

 

Ce doit être un mauvais rêve…

Et alors j’ai la vision de la détresse de tes parents à l’annonce de la nouvelle, la vision de ton corps à la morgue, la vision de la douleur de ton enterrement…

Ca c’était réel, ça je suis forcée d’y croire.

 

2 ans que tu es parti.

2 ans et tu me manques tous les jours.

 

En bref…

27 Mar
  • Quand je te disais que j’étais un peu à la rue… à 17h hier j’avais un conseil de classe. Comme en plus hier matin j’avais reçu un mail de la secrétaire me demandant de passer signer des papiers, j’ai fait attention de bien arriver en avance pour avoir le temps d’y passer. J’arrive à 16h20, évidemment la secrétaire n’était pas là. J’attends 17h, j’arrive dans la salle pour le conseil, et là, je reconnais pas une tête. Bon ben j’ai raté le mail annonçant le changement d’heure, en vrai il est à 18h30. J’en suis sortie à 20h, ne rêvant que d’aller me coucher.

 

  • Mais quand je te dis que c’est la course, c’est vrai ! 15 jours que je suis allée chez Ikéa, j’ai toujours les cartons dans mon salon. J’ai monté les chaises, mais j’ai pas eu le temps de monter la table. Je te vois froncer les sourcils… Ça va, je mange pas par terre non plus, j’ai toujours l’ancienne table en attendant.

 

  • Revenir sur ce blog m’a fait réaliser que je ne sais plus du tout écrire. Je dois m’y reprendre à 3 fois avant d’écrire une phrase (à peu près) correcte. Sans parler des lettres ou des mots que je mélange, ce que je ne faisais pas avant. C’est clair dans ma tête, mais au moment de le taper, ça ressort assez bizarrement. J’espère que j’ai pas le même problème à l’oral ! Je ne suis pas du genre à m’inquiéter, ça serait même plutôt l’inverse, je ne crois pas que la dyslexie se déclare à mon âge, donc j’ai décidé que ça ne pouvait être qu’une tumeur au cerveau (ouais je suis docteur aussi. J’ai un diplôme de la Grey’s academy). Chez moi c’est tout ou rien. Toujours les extrêmes, jamais entre deux. (je rassure les inquiètes, en vrai c’est probablement juste parce que j’ai perdu l’habitude de taper à l’ordi. Quand j’ai un papier et un crayon, ça va)

 

  • Mercredi j’ai appris qu’un des mecs des OneD se barrait, et depuis, je suis morte de rire. Voir toutes ces ados hystériques et en larmes, je trouve ça hyper drôle. Et oui, je sais, c’est méchant. C’est d’autant plus méchant que j’étais exactement pareille ado, méga midinette à tapisser les murs de ma chambre de posters Ok Podium et star Club. Je me rappelle très bien avoir passé 2h au téléphone avec une copine le soir où une de mes idoles est morte (moi au moins c’était justifié). Donc je comprends ce qu’elles peuvent traverser. Mais quand même, ça me fait bien marrer.

 

  • Le même soir, j’ai carbonisé mon repas (certains diraient le karma). Tu sais, quand tout part à la poubelle, même la casserole. N’empêche maintenant j’ai tout l’appart (et les fringues) qui pue le cramé, c’est une horreur.

 

  • L’autre soir en allant au ciné, je suis passé devant un appart à vendre et j’en suis littéralement tombée amoureuse. Je ne l’ai pas visité, mais les voisins avaient très gentiment laissé la lumière allumée donc j’ai pu mater l’agencement tranquillou depuis la rue. Un duplex, je dirais 2 ou 3 chambres, un immense séjour et une terrasse qui donne sur une des plus belles vues de la ville. Comme je suis pauvre, ma seule chance de l’avoir, c’est de jouer à l’euromillion ce soir. Copine, croise les doigts pour moi !

 

 

J’ai le temps de rien

24 Mar

En ce moment, c’est la course.

Déjà que ça l’est un peu en temps normal. Bon ok, ca c’est surtout parce que je m’organise très mal.

Mais là c’est encore plus.

 

C’est la période des conseils de classe du 2nd trimestre. Ce qui veut dire derniers devoirs, dernières corrections et rester tard au lycée.

C’est un peu beaucoup le bordel à l’Atelier (celui du Vieux Beau), ce qui fait que je dois y passer quelques heures en plus par ci par là.

Plus un peu la famille, plus quelques sorties avec les copains.

Donc dès que j’ai un peu de temps de libre, je fais des siestes. Et entre 2 siestes, je larve.

 

Mais promis, très bientôt, je reviens plus longtemps, parce que j’ai envie de te parler de ce qui me trotte dans la tête.

Et puis aussi un peu de ma famille qui m’énerve.

De mon projet perso.

Et puis aussi peut-être de mon nouveau chouchou. T’enflammes pas, il se passe rien. Mais bon, on sait jamais.

 

Tout ça pour dire, promis je suis pas loin je reviens vite.

Et quand t’en as marre d’attendre, t’as le droit de venir râler pour que je me bouge 🙂

 

 

Happy birthday

18 Mar

La semaine dernière, c’était mon anniversaire.

J’ai reçu tout plein de gentils messages, et ça c’était cool. Je m’étais fait une idée sur qui seraient les 5 premières personnes à me le fêter, et je ne me suis pas trompée. J’ai aussi eu des messages surprises de la part de gens dont je ne m’y attendais pas.

Ça fait vraiment plaisir, je me suis sentie entourée, appréciée et ça fait chaud au cœur.

 

Mais ça s’arrête là.

Je n’ai pas eu envie de le célébrer, de faire une grosse soirée. Je n’en ai pas parlé autour de moi.

Le pire pour moi, c’est quand on me demande joyeusement « alors, ça fait quoi d’avoir un an de plus ? ». La réponse est toujours la même « ça fait chier ».

Non pas parce que je prends un an de plus. De ce coté, on est tous logé à la même enseigne.

Ce qui m’emmerde vraiment, c’est plutôt ce que ça représente. Tout ce qui est associé à ce chiffre.

Un anniversaire pour moi, ça permet de faire un bilan, faire le point sur là où on en est. Et pour moi c’est plus un constat d’échec qu’un motif de célébration.

Plus jeune, je pensais qu’à mon âge actuel, j’aurais une belle vie, un métier, une famille.

Sauf que j’en suis très loin : toujours en situation précaire, toujours célibataire, toujours pas d’enfants.

Comme l’année dernière.

Et l’année précédente.

Et l’année d’avant.

Et encore l’année d’avant…

 

J’ai l’impression de ne pas avancer. Ou de tourner en rond. Je ne sais pas ce qui est le pire, stagner, ou répéter continuellement les mêmes erreurs.

 

Ce qui est dur, ce sont les gens qui essaient de relativiser.

S’ils veulent me faire un cadeau, ça serait de m’éviter les discours bateau genre « oh mais c’est pas grave », « t’es encore jeune », « t’as encore du temps », sans trop chercher à me comprendre, à se mettre à ma place.

Et même s’ils ne comprennent pas tout à fait mon point de vue, j’aimerais juste qu’ils le respectent.

Je préfère largement un silence à des paroles douloureuses.

 

Donc non, pour l’instant je n’aime pas mon anniversaire.

  

 

Ps : même si les situations sont différentes, je t’invite à aller lire le très beau texte de la Blonde Paresseuse qui résume très bien mon état d’esprit.

Son histoire finit bien, c’est tout ce que je me souhaite.

 

Le projet pro

6 Fév

Cette année, j’ai un nouveau projet professionnel.

Enfin non, ça me trotte dans la tête depuis quelque temps déjà, mais cette année, je passe à l’attaque !

 

Comme tu le sais surement, je suis prof. Avec une nuance, prof contractuelle.

Ça veut dire que je fais de l’interim. J’ai envoyé mon cv au rectorat, et il fait appel à moi quand un prof est absent ou malade.

Depuis 6 ans maintenant, j’enchaine les cdd avec plus ou moins de chance. Les bonnes années j’arrive à avoir un temps plein sur l’année. Mais c’est rare. Le plus souvent, c’est soit du temps partiel, soit sur une durée réduite.

Tu vas me dire, je pourrais passer le concours, comme ça je serais sure d’avoir un poste. Et tu as raison, je pourrais.

Sauf que j’ai tenté le concours externe, et je ne l’ai pas eu.

Et le concours interne, que l’on peut passer au bout de 3 ans d’ancienneté en tant que contractuel, n’est pas ouvert dans ma spécialité. Et je ne sais pas pourquoi. Aucune explication.

Cette année, il y avait 140 postes offerts rien que dans ma spécialité. Aucun pour l’interne.

Donc pourquoi continuer à faire un métier où j’ai l’impression qu’on me crache à la gueule ? Je suis suffisamment bien pour rendre service, mais bon, me valoriser pour une titularisation, faut pas rêver !

Et je peux vous dire que les campagnes actuelles de l’Éducation Nationale pour le recrutement de prof, ben ça me fait bien rigoler. Jaune.

Faut pas s’étonner que les gens ne veulent pas (plus) être prof. On est traité comme de la merde, par notre ministère et par les élèves. Tout ça pour un salaire misérable sachant qu’on nous demande d’avoir bac+5.

Et je ne parle même pas du matériel obsolète ou inexistant. Cette année, on se partage 5 ordis et 1 imprimante/photocopieuse en salle des profs. Sachant qu’on est 120, tu peux facilement comprendre que c’est un peu la bagarre. Donc ouais je bosse chez moi. Donc ouais j’imprime chez moi. Ça dérange personne que JE doive payer MON imprimante et MES cartouches d’encre pour pouvoir travailler ?

Donc voilà, ce cumul de petites choses fait que j’en ai ras le bol.

 

J’avais commencé à regarder ailleurs, à me renseigner sur ce que je pouvais faire.

Et puis j’ai un peu laissé tomber, trop épuisée par certains événements perso. Mais là, je suis bien motivée.

Et à Noël, une opportunité s’est présentée. Un ami de la famille possède une petite entreprise artisanale qui a rencontré quelques difficultés, et donc cherchait quelqu’un pour donner un coup de main.

Là pour une fois j’ai été réactive, j’ai pas laissé passer l’occasion. Et donc depuis janvier, je bosse chez lui en plus du lycée. Pour l’instant c’est pas énorme, juste 2 matinées par semaine. Mais moi ça me plait, c’est nettement plus stimulant que le lycée, et puis on va pas se mentir, ça aide aussi financièrement.

Et donc maintenant, l’objectif est de me faire embaucher à temps plein à la fin de mon contrat de prof.

L’avantage, c’est que je connais le monsieur, je sais comment il fonctionne, donc si je la joue fine, ça devrait bien se passer.

L’inconvénient ? c’est que ce monsieur en question, je t’en avais déjà parlé. Et oui, c’est le Vieux Beau, celui qui m’avait draguée à une époque ! bon pour l’instant, y a pas eu de souci donc on va espérer que ça continuer comme ça…