Une histoire de garçon

4 Sep

Après des mois de vie sentimentale aussi remplie qu’un rayon de supermarché russe dans les années 80, voilà que je ne sais plus où donner de la tête. Attends… ah oui lol. Bon ok, encore une fois j’exagère, je ne suis pas submergée de propositions indécentes, mais bon, j’arrive à me croire dans Melrose Place, mais qui se passerait dans un collège ou un lycée quoi. Ah ben Melrose Place vient de se transformer en Premier Baiser. La classe !

Voyons le bon côté des choses, au moins ça me fait des choses à dire. La semaine dernière, je t’ai dit que j’avais une histoire de garçon à te raconter. Sauf que je ne l’ai pas écrite, et maintenant il faut en plus que je te parle de choupiprof. Non vraiment, je suis overbookée !

Alors j’ai décidé de te raconter les histoires chronologiquement. Et puis y a aussi que si je te parle de choupiprof en premier, après je trouverais ça con te parler du pote, et donc je le ferais pas. Et quand même, je suis sûre que ça t’intéresse (merci d’au moins faire semblant).

 

Donc, le Pote.

L’histoire commence il y a deux ans, à l’époque où je croyais que la fourbe était une amie. Un été où on a enchainé les férias. Lors d’une de ces férias, elle me demande si ça me dérange qu’on retrouve un ami à elle. C’est ainsi que j’ai fait la connaissance du Pote. On avait passé la soirée à picoler et à rigoler, c’était sympa. Bon le Pote et moi, on commence direct par se vanner, mais ça nous fait rire (non l’alcool n’y est pour rien).

Quelques mois plus tard, à l’occasion d’une soirée, on recroise le Pote. Encore une fois, la soirée est plutôt chouette, et à partir de ce moment, on se revoit plus régulièrement. Même si chacune de nos rencontres est assez explosives, tous les deux ayant des caractères plutôt forts. Et ce qui devait arriver arriva, le Pote et moi avons fait des bisous.

On commence à se voir (mais que nous deux quoi), lui me présente partout comme ça chérie, et au bout d’une semaine moi je lui dis que ça va pas être possible. Autant vanner et se faire vanner par un ami peut être drôle, quand c’est ton chéri ça l’est nettement moins. Et puis mon indépendance s’accomode très très mal de son côté pot de colle. En fait, on est deux opposés qui s’ils peuvent s’attirer ne sont pas vraiment compatibles.

 

Bref, chacun repart de son côté et reprend sa vie. On reste ami sur fb, chacun like ou commente de temps en temps un statut chez l’autre, mais ça s’arrête là.

Au mois de juin, je reçois un coup de fil de sa part, mais rien de plus. En août, il profite d’une photo que j’ai postée pour reprendre contact. Dans les jours qui suivent, on s’envoie quelques textos.

 

Jusqu’au vendredi, où il dit sur fb qu’il ira bien au match de rugby le soir même. Voyant que personne ne réagit, et étant très tentée moi-même, je lui réponds que ça m’intéresse. Les places prises, on se donne rendez vous devant le stade. Arrive le match, tout se passe bien. On discute, on rattrape les news, on se vanne toujours bien sur, mais c’est plus cool. Le match se finit, que fait on maintenant ? On décide de rentrer en ville à pied, tranquillement et puis bon ben tant qu’on y est, on boit un verre. On s’installe en terrasse, et on commence à parler, de lui, de moi, de nos boulot, de la vie, de l’amour. On est un peu interrompu par les serveurs qui nous jettent gentiment dehors. Ah oui, il est déjà 2h du matin. Bon ben on va rentrer. On se fait la bise, merci c’était sympa faudra remettre ça.

 

Le dimanche 16h30, je reçois un texto de sa part pour savoir si un ciné le soir me tenterait. Après étude comparée des films, des séances et des cinémas, on se donne rendez vous à 19h. Oui, monsieur ne veut pas aller à la séance de 22h, parce que ça va finir tard, et qu’il est fatigué et qu’il veut se coucher tôt. Moi je m’en fous un peu, j’ai pas de réveil à mettre donc je m’adapte.

On se retrouve donc, film, et à la fin (vers 21h30), je lui propose de le raccompagner puisque je suis en voiture. En bas de chez lui, je me gare à l’arrache, le temps de finir notre conversation et de se dire au revoir. Blablabla je vais sortir ma ceinture (de sécurité non mais t’as cru quoi ?) blablabla je vais couper le moteur blablabla je vais éteindre les phares. Bon au final, il est 1h15 du matin, il serait peut-être temps d’aller dormir. On se fait la bise, merci c’était sympa faudra remettre ça.

Je vais être honnête, là je suis rentrée chez moi, j’avais le cerveau complètement à l’envers. Parce que le Pote ben déjà physiquement il est plutôt pas mal. Et puis il est hyper intéressant. Je peux parler de tout avec lui, il est curieux de plein de sujets et c’est super agréable. Donc oui, le gros machin qui me sert de tête n’arrêtait pas de me dire « mais pourquoi tu retentes pas avec lui ???????????? ». Surtout que dans la voiture, on venait de passer trois heures à dire j’aimerais un chéri comme ci ou comme ça, et lui de me répondre que c’était tout lui ou que là alors pas du tout. Et inversement bien sur. Du flirt sans vouloir se l’avouer.

 

Le lundi, je me réveille tout aussi perdue que la veille, et c’est pas la journée qu’on a passé à s’envoyer des textos qui m’a aidé à y voir plus clair.

On me conseille de m’en faire un sexfriend (hein Chelsea !) mais là pour le coup je suis pas chaude du cul tout. Pour moi, ça serait plus le début des emmerdes qu’autres choses.

 

Mercredi après-midi, le pote m’envoie un message pour savoir si ça me dit qu’on se voit le soir. Là, pour être honnête, grosse hésitation. Je ne sais pas quoi faire. Si j’y vais, j’ai peur qu’il se passe quelque chose et je ne sais pas si j’en ai envie. Oui il me plait bien, mais il y a quand même certains côtés chez lui qui me dérangent. Alors que si je n’y vais pas, ça ralentira le rythme un peu, ce qui ne serait pas plus mal. C’est pour ça que je lui réponds en lui disant ok. Je suis tellement logique comme fille ! Alors on va boire un verre, un deuxième, on finit au macdo parce que ça fait longtemps que j’y suis pas allée et que j’en ai très envie. Encore une fois, on discute de tout et de rien, de lui, de moi, de nos familles, on rigole, on se chambre, tout ça quoi. Et puis vient l’heure de rentrer. On se fait la bise, merci c’était sympa faudra remettre ça.

 

Et là, je sais pas mais dans ma tête c’est clair. Oui je l’aime beaucoup, on s’entend super bien, mais on sera pas un couple. Jamais. Never.

Je sais ce que je veux. Moi je veux du calme, de la tranquillité, et quelqu’un de plutôt posé. Alors qu’il ne vit que dans la compétition et dans le dépassement de soi. J’ai l’impression qu’il n’a pas confiance en lui, et donc pense qu’il a tout à prouver, à tout le monde. C’est déjà exténuant. Alors j’imagine pas vivre ça au quotidien. Et comme en plus on est deux caractères forts, ça serait trop explosif.

Don au final, je suis plutôt contente, parce que pour moi c’est réglé. Je ne me pose plus de question, je sais ce qu’il en est pour moi, c’est un ami. Reste à vérifier que ce soit aussi clair de son côté.

 

Publicités

12 Réponses to “Une histoire de garçon”

  1. unicks 4 septembre 2012 à 15:18 #

    ah ben vi quand ça peut pas, ça peut pas. ça sert à rien de se forcer 🙂

  2. Elsa Saône 4 septembre 2012 à 15:35 #

    EN VRAI ? Même pas tu rententes ? Faut toujours donner sa chance au produit allons !

  3. Elsa Saône 4 septembre 2012 à 15:36 #

    il fallait évidemment lire REtentes pardon

    • la fée tatouée 4 septembre 2012 à 15:41 #

      ben je me suis posée la question pendant plusieurs jours, mais même si depuis un an et demi on a évolué, je suis persuadée que ça marcherait pas plus que la première fois.
      et comme ça, ça laisse de la place à d’autres histoires 🙂

      • Elsa Saône 4 septembre 2012 à 16:47 #

        Certes, vu comme ça…

        • la fée tatouée 4 septembre 2012 à 19:23 #

          ben faut voir le positif ! (genre choupiprof) 🙂

          • Elsa Saône 5 septembre 2012 à 07:10 #

            Alors fais gaffe avec Choupiprof, si ton remplacement n’est pas éternel, va falloir que tu attaques prochainement sous peine de le voir s’envoler !

          • la fée tatouée 5 septembre 2012 à 09:56 #

            je sais bien ! j’arrête pas d’y réfléchir.
            l’année dernière j’ai passé 6 mois au lycée, mais c’était 2 matinées par semaine, et je devais le croiser tous les 15 jours à peine. mais là c’est différent, on va beaucoup plus se croiser donc je pense qu’il y a moyen.
            maintenant le pb, c’est que je fais la maligne, mais je suis qd même assez timide, et je me vois pas l’inviter devant tout le monde. donc en gros, si lui ne bouge pas, il ne se passera rien…

  4. judiline 4 septembre 2012 à 19:29 #

    Je comprends totalement. C’est juste un très bon pote avec qui tu t’entends bien ! Je vis exactement la même « histoire ».Le plus important : bien clarifier entre vous ! 🙂

    • la fée tatouée 4 septembre 2012 à 21:20 #

      c’est ça le truc, il faut que les deux parties soient bien d’accord ! mais je vais faire en sorte que ce soit le cas 🙂

Trackbacks/Pingbacks

  1. Déception(s) amicale(s) « - 5 février 2013

    […] Le Pote me dit ok, on prévoit de voir le match du XV de France ensemble. […]

oh oui, pintade avec moi !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :