Toi aussi deviens journaliste à France Télévision – Part 1

6 Août

Bon, je dis France télévision, mais je suis sûre que ça marche avec d’autres chaines. C’est juste qu’en ce moment, comme je te l’ai dit (et répété), ce sont les jo, tout ça, et je regarde beaucoup trop. Et donc passer tout ce temps devant la tévé m’a permis d’analyser les prestations des journalistes de France Télévision, ce qui m’autorise maintenant te donner quelques conseils et astuces afin que tu puisses si tu le souhaites, acquérir aisément ta carte de presse.

 

Unit 1 : les commentaires des épreuves et les interviews

 

Lesson 1 : extrapole au maximum les ressentis des athlètes.

Le but étant d’émouvoir au maximum les ménagères de moins de 50 ans. Pour cela, n’hésite pas à tomber dans le pathos en évoquant la famille, surtout si un des membres est décédé (récemment c’est encore mieux).

Prends donc exemple sur Nelson Monfort, qui interview Ophélie-Cyrielle et lui parle de sa mère décédée. Après avoir été doublement félicité par la Fédération de natation et le président de FT, il recommence deux jours plus tard avec Florent Manaudou en mentionnant Fred Bousquet.

De même, tu peux imiter Arnaud Roméra commentant le judo et le combat d’Anne-Sophie Mondière. Tu peux l’encourager en lui suggérant de se battre pour son fils. Par contre, faut espérer que l’athlète que tu supportes aime plus son enfant qu’Anne-Sophie, parce qu’elle, elle a perdu.

 

Lesson 2 : oriente à fond les questions que tu poses aux sportifs.

Il y a ici deux possibilités. La première, le sportif est un peu con, et ne sait pas quoi dire. Donc avec une question où il n’a plus qu’à dire oui, ça évite des grands blancs à l’antenne (pire encore si c’est du direct).

La deuxième, le sportif est intelligent, et il développe un peu trop sa réponse. Et là, il prend tout le temps d’antenne. Ce qui est inacceptable puisqu’il te vole la vedette (cf part 2).

Et puis surtout, navigue uniquement entre les extrêmes. C’est soit « le match référence », soit un désastre interplanétaire. Jamais un match moyen, les gens ne veulent pas de matchs moyens. Ils veulent de l’exceptionnel. Dans un sens ou dans l’autre, on s’en fout, mais du sensationnel.

Là,, tu peux prendre exemple sur à peu près n’importe qui qui demande « alors, c’était le match catastrophe ? », « je suppose que vous êtes déçu d’avoir perdu ? » et autres « ça doit être le plus beau jour de votre vie ? ».

 

Lesson 3 : ne respecte en aucun cas les athlètes.

Quand tu les interviewes, pose des questions à rallonge, qui perdent le sportif tout autant que les téléspectateurs. De toute façon, le but étant d’entendre le son de ta propre voix, pas la réponse du sportif, ne te gêne pas pour lui couper la parole. Alors si en plus tu traduis, c’est le summum, tu peux également avoir une traduction totalement approximative.

Tu peux également l’ignorer et te foutre de ce qu’il est en train de dire si une plus grande star passe à proximité. Parce que le français perdant ou le deuxième c’est bien, mais là encore, les gens préfèrent les winners.

 

Lesson 4

: meuble comme tu peux.

C’est bien connu, les sportifs peuvent aussi être de gros boulets qui font mal leur job, ce qui veut dire que parfois, il n’y a rien à commenter. Mais ce n’est pas une raison pour que tu laisses de grands blancs à l’antenne, il ne faudrait pas que les téléspectateurs se barrent. Tu enchaineras donc platitudes et lapalissades, par exemple en répétant régulièrement qu’il ne va pas tarder à se passer quelque chose, tu le sens. Note bien que ça veut tout et rien dire, et ça peut s’appliquer aux deux équipes.

Tu peux également faire comme ce journaliste qui commentait le marathon dame lors des jo, en précisant que « c’est un des marathons les plus longs du monde ».

Au pire, si tu as épuisé tout ton stocks de petites phrases, n’hésite surtout pas à faire un commentaire sur le physique des athlètes, c’est toujours efficace. Ça marche aussi avec les coupes de cheveux, tes tatouages ou les tenues. Tu peux éventuellement ajouter des détails de la vie perso, c’est bon pour l’audience.

 

Stay tuned…

 

Publicités

14 Réponses to “Toi aussi deviens journaliste à France Télévision – Part 1”

  1. cleophis 6 août 2012 à 23:58 #

    C’est tout à fait ça, ce sont toujours des épreuves exceptionnelles ! Le must, c’est quand on découvre comme moi un athlète et une discipline, le commentateur t’annonce que ça va être du grand sport, que le français a de grandes chances de médailles et… il finit 8ème avec un écart incroyable. Euhm…

    • la fée tatouée 7 août 2012 à 08:32 #

      ouais c’est ça ! et puis il te répète toutes les 2s que attention, tout peut arriver, c’est pour maintenant il le sent (le but, le ippon, le panier…) histoire que tu lâches pas ton poste. et au final il ne se passe rien.

  2. Isa 7 août 2012 à 07:02 #

    et tu as oublié le commentaire de l’abruti qui commente l’ahtlétisme;
    ça devait être vendredi ou samedi je ne sais plus:

    « aujourd’hui, n’oublions pas, Thierry Roland a 75 ans; bon anniversaire Thierry »

    ôte-moi d’un doute, il est mort non?

    sérieux, au moins 3, 4 fois par jour un « mais putaiiiin, ta gueule » m’échappe

    une vraie plaie ces journaleux sportifs

    • la fée tatouée 7 août 2012 à 08:34 #

      oh non, j’ai raté ça !!!! ça devait être magnifique !! et je te confirme, oui il est décédé il y a 2 mois environ.
      par contre, c’est surprenant que personne n’en ait parlé sur internet. en général une bourde pareille, ça ne passe pas inaperçue

      • cleophis 7 août 2012 à 10:31 #

        Je l’ai entendu aussi mais je n’écoutais que d’une oreille. Il a parlé de Thierry Roland mais je n’ai pas suivi pourquoi et je me suis demandé pourquoi il en parlait à ce moment-là, quel était le rapport avec l’athlétisme.

        • la fée tatouée 7 août 2012 à 11:43 #

          faut jamais trop chercher le rapport entre ce qu’ils disent et ce qu’ils sont sensés commenter, il y a pas mal de disgressions.
          mais comme je suis triste d’avoir raté ça, j’aurais ri tout le weekend !

      • Isa 7 août 2012 à 11:26 #

        en même temps il débite tellement de conneries à la minute qu’on a le temps d’en rater ^^

  3. louisette58 7 août 2012 à 08:10 #

    Nelson je coupe le son !! bon en même temps ce n’est pas moi la sportive interrogée 😀 En plus je ne suis pas sure de faire mieux que lui, j’suis capable de m’évanouir au pied de Teddy Rinner juste en lui tendant le micro 😀

    • la fée tatouée 7 août 2012 à 08:38 #

      effectivement, je ne sais pas si je ferais mieux que lui. surement que non. la différence c’est que je ne suis pas journaliste.
      mais ce qui est surprenant, c’est qu’il a l’air de gonfler tous les sportifs qu’il interroge, et pourtant lui est persuadé qu’ils l’aiment tous. tu vas pas me dire que dans tous les journalistes qu’il y a en France, y a que lui capable de faire des interviews ? ça serait possible d’essayer avec quelqu’un d’autre ?

  4. fjva 8 août 2012 à 11:21 #

    J’avais personnellement retenu ce magnifique exemple de « journaliste qui fait du remplissage avec des phrases longues mais essaie de suivre en même temps donc ça ne veut plus rien dire », dans le commentaire du concours général :  » il y a beaucoup plus de risques de lâcher de barre à la barre fixe que dans l’exercice au sol ».

    Je ne suis pas une experte de la discipline, mais ça me paraît effectivement difficile, même fatigué, de lâcher la barre quand il n’y en a pas.

    • la fée tatouée 9 août 2012 à 10:28 #

      hahahah, j’adore, c’est vraiment excellent !!!
      ce que j’aimerais savoir, c’est s’ils se rendent compte qu’ils disent n’importe quoi

      • fjva 9 août 2012 à 12:16 #

        Sur le coup, je pense vraiment que le problème venait de la distraction. Un peu comme le célèbre « elle a été touchée comme un lapin… en plein vol » de Thierry Roland. Mais c’est vrai que 90% des commentaires sont sans intérêt.
        Je ne sais pas pourquoi ils s’imaginent qu’on a besoin d’un fond sonore permanent. Ou d’entendre qu’un sportif qui a perdu est déçu, alors qu’un qui a gagné est content.

        • la fée tatouée 9 août 2012 à 21:32 #

          c’est exactement la question que je me pose.
          il me semble que pendant Rolland Garros, ils parlent pas pendant les échanges, ou du moins, pas en continu. il arrive qu’à certains moment il y ait du silence, et ça ne me gêne absolument pas !! ça serait pas mal qu’ils s’en inspirent parce qu’à force, c’est vraiment soulant.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Toi aussi deviens journaliste à France Télévision – Part 2 « - 7 août 2012

    […] aux précieux conseils donnés hier, tu brilles maintenant lors de tes commentaires sportifs et/ou interviews d’athlètes. Cette […]

oh oui, pintade avec moi !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :