Les voies de l’ombre 1 : Prédation

10 Mai

Une nuit, l’inspecteur Baudenuit est appelé sur une scène de crime particulièrement étrange : un homme est retrouvé nu dans une gare de marchandises su 18e.

Au matin, Baudenuit reçoit un autre appel : un homme a été retrouvé nu dans un parc du 20e.

Points communs (mis à part être mort, et à poil) : ils ont tous les deux la main droite arrachée, un immense tatouage chinois sur le ventre et des traces de peintures sous les pieds.

Pour Baudenuit, ce ne peut être une coïncidence. Surtout quand il apprend que l’après midi du 1er meurtre, un homme présentant le même tatouage et un bracelet d’explosif au poignet droit s’est tiré une balle dans la tête en plein centre commercial.

Au même moment, Andréas Darblay se réveille, drogué, dans une cellule toute blanche. Son dernier souvenir est une balade au bord de l’étang du bois de Vincennes avec Clara, sa fille. Où est-elle ? Que leur est-il arrivé ? Depuis combien de temps est-il là ? Et pourquoi cet homme qui se fait appeler Kurtz le torture psychologiquement ?

j’espère que les auteurs ne liront jamais cette légende, mais la couverture du livre, ça me fait toujours penser au dinosaure qui sort de son oeuf dans Jurrasic Park…

 

Je vais être honnête, quand j’ai commencé ce livre, j’étais un peu énervée. Parce qu’en fait, je savais pas du tout que c’était une série, et j’avais acheté le dernier tome. Et que ça m’agace énormément que les maisons d’éditions ne le signalent pas sur les livres.

Bref, ce livre partait mal. Jusqu’à ce que je l’ouvre.

 

J’ai aimé la construction du livre, un chapitre pour Baudenuit, un chapitre pour Darblay. Leur histoire montée en parallèle. De plus, les chapitres sont courts, ce qui donne une impression d’action et de rapidité. Pas de fioritures, tout ce que j’aime !

J’ai aimé les personnages. Là encore, ce sont des gens humains, avec leurs doutes et leurs incertitudes. Ce ne sont pas des superhéros, des gens qui réussissent tout ce qu’ils entreprennent et qu’on observe de loin. Là on peut s’identifier à eux.

J’ai aimé le questionnement du livre. Même s’il y a un côté un peu malsain, le genre on ralentit pour regarder l’accident. On joue un peu à se faire peur, parce qu’on est confronté au Mal, tout en restant bien calée dans son canapé. Sans trop en dévoiler, on se demande ce qu’on ferait à leur place. C’est la grande question : « et si ça m’arrivait… ? ». Serais-je un héros ? Ou une victime de plus ?

J’’ai aimé la fin, tout simplement grandiose ! Je n’ai rien vu venir (ce que je préfère), et vraiment j’ai été scotchée !

 

Tu l’auras compris, c’est un livre que je te conseille fortement.

 

Publicités

oh oui, pintade avec moi !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :