J’ai longuement hésité…

12 Oct

Avant de te parler de mon livre que j’aime (l’éducation d’une fée).

Je voulais le faire, et puis non, et puis si, et puis non. En plus, je n’arrivais pas à l’écrire ce fichu billet, je commençais, recommençais, j’effaçais tout, je commençais à nouveau mais je n’étais jamais contente, alors je me disais que c’était un signe. Qu’il ne fallait pas que j’en parle.

 

En fait, je crois que j’hésitais à en parler parce que j’ai un peu honte. Pas honte du livre en lui même. Mais honte de moi, de l’aimer. Parce que c’est un livre facile à lire, qui ne déchaine pas les discussions, et que donc je passerais pour une fille nunuche.

Et puis j’imagine que si tu le lis et que tu le trouves nul (ce qui peut arriver), j’aurais l’air d’une grosse gourdasse.

 

Et là, intense réflexion de ma part, et grosse auto inspection. (Oui oui, ça m’arrive)

J’ai souvent eu des réflexions (notamment par ma famille) parce que je ne lisais pas les bons livres, ceux qui gagnent des prix ou les grands classiques. Pareil pour le cinéma, je ne vais pas voir les œuvres torturés intimistes de (soi disant) grands cinéastes. Mon entourage a tendance à faire une mou de dégout désapprobation quand je cite les derniers films que je suis allée voir. Ce qui fait qu’au fil du temps, j’ai arrêté de parler de mes gouts littéraires, cinématographiques ou même musicaux. Par facilité, parce que c’est nettement plus pratique de ne pas amener le sujet, parce qu’on sait qu’on va s’en prendre plein la tête. Courage, fuyons !

 

En fait, que ce soit pour les livres ou les films, je me rends compte que j’ai besoin de m’évader. C’est vrai que pour la plupart, je n’ai pas besoin de beaucoup réfléchir. Ce que je lis/vois ne révolutionne pas le genre, et ce ne serait pas une grande perte si je passais à côté. Mais moi ça me fait du bien, pendant quelques heures, je m’échappe de ce quotidien plus ou moins pourri, et je rêve. Et oui, très très souvent, le gentil gagne à la fin, et le monsieur et la madame ils s’embrassent parce qu’en fait ils se sont trompés, ils ne se détestent pas mais ils s’aiment d’amour. Et c’est peut-être con, mais d’un certain côté ça me donne de l’espoir. Je me dis que tout n’est pas perdu. (bon ok, ça met la barre un peu haut pour le mec que je rencontre en vrai, mais ça c’est un autre débat).

 

Sauf que.

Sauf que bien que je puisse concevoir que ça (je) paraisse nais(e), ben au moins, je suis fière parce que ça me fait lire. Et ça me fait aller au ciné. Bref ça me fait sortir de chez moi, ça m’ouvre un peu à ce qui m’entoure. Parce que je me rends compte qu’une grande partie des gens qui font me font des remarques n’ont pas ouvert un livre et/ou n’ont pas bougé leurs fesses dans une salle obscure depuis des lustres. Paradoxe ultime, bien que mes choix soient désapprouvés, je suis considérée comme la référence cinématographique de la famille. Dès que quelqu’un veut connaitre le nom d’un film ou d’un acteur, c’est vers moi qu’on se tourne. (non, je ne cherche plus à comprendre).

 

C’est marrant de voir que du moment où j’ai fait ce constat, ça a été bien plus facile d’écrire l’article. Oui j’aime ce livre, et je ne vois pas pourquoi je devrais me censurer. Peut-être que tu n’aimeras pas ce livre, que tu le trouveras enfantin. Mais peut-être que tu l’aimeras aussi, que toi aussi il te donnera le sourire.

 

J’ai donc pris la décision de te parler des livres, des films, de la musique que j’aime. Peut-être que tu connaitras, peut-être pas. Peut-être que tu auras envie de le/la découvrir à ton tour. Peut-être pas. Peut-être même que tu aimeras, et alors là, youpi ! Peut-être que tu n’aimeras pas, et alors là… ben pas grand-chose en fait. Je serais surement un peu désolée de t’avoir fait perdre ton temps. Mais moi ça m’empêchera pas de continuer à l’aimer ce livre/film/chanteur.

Dans tout les cas, j’ai décidé d’arrêter de me censurer. Et de commencer à partager. Ça peut paraitre idiot surprenant, mais pour quelqu’un comme moi qui s’est interdit de parler de ses gouts pendant des années, c’est un grand pas.

Et pour ça je t’en remercie. Ben oui, c’est aussi grâce à toi qui m’a laissé un commentaire hier. Parce que tu m’as mis le sourire, et me confortes dans l’idée que j’ai bien fait.

 

Publicités

5 Réponses to “J’ai longuement hésité…”

  1. Isa 12 octobre 2011 à 12:49 #

    bon je t’ai lu, j’ai archi pas le temps de te répondre tout ce que je voudrais là tout de suite parce que la gosse est encore en pyj, qu’elle n’a pas fini de manger et qu’elle vient avec moi au taf cet aprem

    donc voilà, je reviens dans l’aprem parce que ce que t’as écrit, ça me parle, tu vois? ^^
    alors ce ne sera surement pas très clair parce que quand ça me parle trop, j’ai un peu de mal à m’exprimer correctement

    bon à ploutard

    • la fée tatouée 12 octobre 2011 à 13:22 #

      pas de souci, tu peux prendre ton temps. mon article et moi même ne bougeons pas, on sera toujours là tout à l’heure. même demain si tu préfères 🙂

      • Isa 12 octobre 2011 à 17:41 #

        alors…pas facile de se concentrer avec la vilaine qui tourne autour de moi et qui n’arrête pas de parler!! quelle idée ma mère a eu de se retourner le dos un mardi soir!!

        je te lis et j’ai l’impression de me lire; par rapport à ce que tu ressens; pourtant, mon entourage proche ne m’a jamais fait de remarques particulières
        mais j’ai toujours eu l’impression d’emmerder le monde et que je n’avais rien d’interessant à dire

        puis j’ai vécu 11 ans avec le père de mes loulous et là, je me suis sentie pire qu’une merde… moi qui étais déjà renfermée, ça a été très bénéfique pour moi comme tu peux l’imaginer

        mais passons…

        il y a 4 ans, je n’avais personne dans ma vie (pareil que maintenant en fait loool) et putain j’avais un besoin terrible de m’exprimer!! et j’ai découvert le monde des blogs

        et ce fut the révélaïchonne!! j’avais enfin un endroit où parler de ce que je voulais, de mes gosses, de mes lectures, de mes coups de mous SANS QUE PERSONNE NE ME DISE DE FERMER MA GUEULE!!!

        personne ne venait me lire au début puisque j’étais encore dans cet optique que ça n’interesserait personne et puis petit à petit je me suis fait un cercle d’amies, et puis alors avec HC…

        et bon sang, que ce blog est salvateur!!! je pars du principe que j’y suis chez moi et que j’y écris ce que je veux; celui que ça emmerde, il dégage de lui-même

        alors putain, je suis super contente de voir que tu te décides enfin à écrire ce que tu veux!!! à partager tes goûts et tes humeurs quelqu’elles soient!

        désolée pour ce pavé…

        • la fée tatouée 12 octobre 2011 à 20:56 #

          des pavés comme celui-là, tu peux en écrire quand tu veux.
          pas grand chose à ajouter si ce n’est : MERCI.

          • Isa 12 octobre 2011 à 21:03 #

            oh bah de rien
            c’est rare que j’écrive autant en dehors de mon blog ^^

oh oui, pintade avec moi !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :